Infos mars 2008

Brésil: répression policière contre des femmes de Vía Campesina. (ALAI)

Bolivie: campagne pour l’économie d’énergie.(www.rebelion.org)

Venezuela-Brésil: alliance énergétique.(ALAI)

Colombie: appel urgent pour la défense des associations de Droits de l’Homme. (www.rodelu.net) 27/3/08

Nicaragua: programme “ Faim Zéro ” (www.rel-uita.org)

Mexique: le TLCAN fortement remis en question par les paysans.(www.jornada.unam.mx)

Venezuela: le triomphe contre Exxon crée un précédent.(www.rebelion.org et ALAI)

Femmes du Chili (www.rebelion.org) 26/03/08

Les fruits du Plan Colombie. ( ALAI, 14/3/08)

TLC, le nouveau néo-colonialisme.(Source : www.rebelion.org )

Brésil: répression policière contre des femmes de Vía Campesina. (ALAI)

L’entreprise suédo-finlandaise Stora Enso exploite des plantations d’eucalyptus dans l’Etat de Rio Grande do Sul près de la frontière avec l’Uruguay.Les lois interdisent l’acquisition de terres par des firmes étrangères à moins de 150 km des frontières. 900 femmes de l’organisation Vía Campesina ont occupé le 4 mars une partie du terrain de 2000 ha de ces entreprises. Leur objectif était de dénoncer l’appropriation illégale de cette partie du territoire pour y établir des monocultures et de défendre la souveraineté alimentaire. La répression arriva rapidement : Mme Yeda Crusius, gouverneur du Rio Grande do Sul fit appel à la Brigade Militaire et les femmes furent délogées, maltraitées, certaines blessées, leurs outils confisqués et leur campements détruits. Il faut dire que la campagne électorale de Mme le gouverneur avait été financée par plusieurs entreprises de cellulose dont…Stora Enso. Mais les femmes continuent de dire qu’elles portent avec elles “ l’énergie et le courage des milliers de paysannes qui luttent dans le monde entier contre la mercantilisation des richesses naturelles et de la vie. ”

Bolivie: campagne pour l’économie d’énergie.(www.rebelion.org)
Le plan national d’économie d’énergie s’inscrit dans les accords de l’ALBA (Alternative Bolivarienne pour les Peuples d’Amérique). La campagne a débuté par la distribution gratuite dans les foyers de La Paz, Santa Cruz et Cochabamba de lampes fluorescentes compactes (LFC) destinées à remplacer les lampes traditionnelles. Elles offrent un meilleur éclairage et une économie d’énergie de 40 à 45 %. Ce plan prévoit la distribution, organisée en brigades, de cent mille lampes par jour, à raison d’une quinzaine par foyer. Les ampoules traditionnelles sont brûlées et le culot conservé pour comptabiliser.

Venezuela-Brésil: alliance énergétique.(ALAI)
Le président venezuelien Hugo Chávez et le président brésilien Lula ont visité ensemble le chantier de la future raffinerie de pétrole dans le complexe industriel Suape de l’Etat brésilien de Pernambuco. La raffinerie compte deux mille travailleurs préparant le terrain de 600 ha pour commencer la construction. Au début les deux pays fourniront chacun cent mille barrils et cette quantité doublera progressivement. Tout est prêt pour que PDVSA du Venezuela travaille avec PETROBRAS du Brésil.
Le 26 mars, à l’occasion du 17ème anniversaire du MERCOSUR (Marché Commun du Sud) le président Chávez a rappelé que le plan de Simón Bolivar était de “ former une alliance non seulement économique et politique, mais aussi militaire pour nous défendre et assurer notre indépendance dans ce monde d’impérialisme et de guerre préventive ”.

Colombie: appel urgent pour la défense des associations de Droits de l’Homme. (www.rodelu.net) 27/3/08
Les signataires de l’appel rappellent la marche du 6 mars contre le Terrorisme d’Etat en Colombie. Plus de 300 000 personnes y participaient, avec des centaines d’associations de la société civile colombienne. Après les déclarations du conseiller du président Uribe, José Obdulio Gaviria, qui avait accusé la marche d’être “ organisée par les FARC ”, les escadrons de la mort qui signent leurs crimes sous le nom de “ Aguilas Negras ” ont assassiné en quelques jours quatre dirigeants syndicaux et membres d’ONG à l’origine de la marche, séquestré deux autres et menacé directement 28 autres.

Les signataires se joignent au Mouvement National des Victimes de Crimes d’Etat ( MOVICE) et à des dizaines d’autres organisations de la société civile colombienne pour exiger la démission de José Obdulio Gaviria, lui-même accusé de paramilitarisme et de narcotrafic, mais qui continue d’être l’un des plus proches collaborateurs du président Alvaro Uribe.

Les signataires demandent instamment aux gouvernements d’Amérique Latine et de l’Union Européenne de faire pression sur le gouvernement colombien pour qu’il défende l’intégrité de toutes les personnes menacées et qu’il arrête les auteurs des quatre assassinats et autres crimes attribués aux groupes paramilitaires que le gouvernement colombien soutient avoir démobilisés depuis longtemps. ( solidaridadmovice@gmail.com)

Nicaragua: programme “ Faim Zéro ” (www.rel-uita.org)
Les 16 dernières années ont été marquées par un abandon progressif du secteur rural et de la production agricole par les gouvernements successifs.Les terres octroyées par la Réforme Agraire durant le processus révolutionnaire des années 80 sont retournées à l’oligarchie terrienne ou ont été acquises à prix dérisoire par les nouveaux riches surgis de la nouvelle classe politique de “ l’Etat butin ”. Résultat : l’abandon progressif de la campagne par les paysans, partant à la recherche de travaux temporaires ou migrant vers les villes et pays frontaliers comme le Costa Rica. L’un des principaux défis du gouvernement Ortega a été la réactivation progressive du secteur rural, sachant que pour atteindre cet objectif, il fallait d’abord éradiquer la faim.Le “ Programme Productif Alimentaire ” (PPA) envisage de toucher 75 mille familles sur cinq ans. Les familles bénéficiaires sont sélectionnées par des institutions locales. Actuellement 8945 familles en bénéficient déjà. L’objectif visé est de résoudre dans l’immédiat le problème nutritionnel puis d’atteindre la sécurité alimentaire et, à moyen terme, mettre en place un processus productif et de commercialisation des excédents.
Le programme comprend “ un paquet alimentaire pour la famille, au nom de la femme, une vache et une truie pleines, des volailles, du matériel pour la porcherie et le poulailler, des semences, des plants fruitiers et forestiers, un système de crédit adapté, une assistance technique pour la formation en santé animale, coopérativisme, environnement, commercialisation, etc… ” .
Les familles s’engagent à ne pas revendre les animaux reçus, à reverser 20 % de la valeur octroyée pour alimenter une caisse de crédit rotatif et à participer aux séances de formation pour lesquelles des techniciens ont été spécialement formés. La principale critique à cette initiative est que les bénéficiaires doivent posséder au moins un hectare de terre, ce ne sont donc pas les plus démunis qui en profitent.

Mexique: le TLCAN fortement remis en question par les paysans.(www.jornada.unam.mx)
Le Traité de Libre Commerce de l’Amérique du Nord, (TLCAN) signé entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada établissait qu’à partir du 1er janvier 1994, les importations au Mexique de maïs, frijol (haricot), sucre, lait, et autres aliments seraient exonérées de taxes. Ces produits subventionnés aux Etats-Unis sont vendus au Mexique à un prix très inférieur à celui de la production locale, ce qui cause la ruine des producteurs mexicains. Les organisations paysannes, sociales et syndicales demandent une révision du TLCAN et début mars, elles se réunissaient avec des représentants du gouvernement. Mais ceux-ci se retirèrent de la réunion sans apporter de réponse aux requêtes, traduisant le manque de volonté politique de leur gouvernement qui recherche plutôt des accords avec des organisations amies pour utiliser les politiques publiques à des fins électorales. Les organisations paysannes maintiennent les réunions prévues avec la Chambre des Députés et le Sénat et envisagent en août une grève nationale.

Venezuela: le triomphe contre Exxon crée un précédent.(www.rebelion.org et ALAI)
ExxonMobil, entreprise pétrolière états-unienne la plus grande du monde, exploite au Venezuela des gisements situés près de l’Orénoque. Le Venezuela, 4e fournisseur de brut des Etats-Unis, exige le contrôle d’au moins 60 % du capital des sociétés exploitant ses ressources. Exxon s’estimant lésée porte plainte devant plusieurs tribunaux étrangers pour “ faire geler 12 mille millions de dollars des actifs de PDVSA ” (entreprise pétrolière de l’Etat venezuelien) afin de lui accorder une compensation financière. Le 20 mars dernier, le Tribunal de Londres a rejeté le demande de Exxon, le Cour reconnaissant au Venezuela sa souveraineté sur ses propres ressources.

(Pourquoi ce recours à des tribunaux étrangers ? Un peu d’histoire : en 1868, l’internationaliste argentin Carlos Calvo, indigné que le Mexique ait pu être l’objet d’une invasion par la France, soutient que : ”1.Les Etats ne peuvent s’ingérer dans les affaires d’autres Etats en vertu du principe d’égalité entre eux. 2. Les étrangers ne peuvent jouir de droits et privilèges supérieurs à ceux des propres citoyens. 3. Les entreprises étrangères doivent résoudre leurs controverses devant les tribunaux de l’Etat où elles sont établies ”. La Bolivie, le Honduras et le Venezuela incluèrent dans leur Constitution la “ Clause Calvo ” qui imposait aux investisseurs étrangers de porter leurs contestations avec les entités publiques devant les tribunaux de l’Etat récepteur. Mais en 1961 puis en 1999, la Constitution venezuelienne ajouta une phrase qui finalement permet le recours des entreprises étrangères à des tribunaux extérieurs.… )

Femmes du Chili (www.rebelion.org) 26/03/08

Au Chili le gouvernement de Michelle Bachelet a placé la journée du 8 mars sous le slogan : “ Femmes : le Chili a des raisons de célébrer…”
Réaction des organisations féministes :
“ Si nous comparons la situation actuelle avec celle des chiliennes d’avant 1990, sous le premier gouvernement de coalition de centre-gauche qui appuie la Présidente Michelle Bachelet, effectivement nous avons des motifs de satisfaction, mais il faut aussi comparer notre situation à celle des standards internationaux en matière de droits féminins ”.

La principale avancée appréciée par les organisations de femmes, a été l’approbation en ce début d’année de la réforme du système de pensions. Jusqu’ici de nombreuses femmes au foyer n’avaient pas droit à une retraite. La réforme qui sera appliquée dès juillet accorde une retraite de base à plus de 250 000 femmes dans ce cas, et environ 30 000 autres dont la retraite est nettement insuffisante recevront un complément solidaire qui augmentera graduellement la somme reçue. En outre à partir de 2009, toutes les mères recevront une prime par enfant né vivant.
L’ouverture de garderies publiques est aussi un progrès. 1700 nouvelles garderies sont en cours de création dans tout le pays. Dans le cadre des droits à la première enfance, les femmes ont aussi obtenu une loi qui leur permet d’alimenter leur enfant de moins de deux ans pendant leur horaire de travail.

C’est dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive que les droits ont le plus de difficultés à s’imposer. Dès septembre 2006, le Ministère de la Santé diffusa les nouvelles normes sur la Régulation de la Fertilité, qui autorisent les services publics à prescrire et remettre gratuitement les contraceptifs traditionnels et la pilule d’urgence (PAE) aux femmes et filles de plus de 14 ans, sans nécessité d’autorisation familiale.

Les détracteurs, – l’Eglise catholique, les groupes “ pro vida ” et la coalition partisane “ Alianza por Chile ” -, réagirent, mettant en doute la légalité de la loi, ce qui obligea la Présidente à user du Décret Suprême, qui rend obligatoire la délivrance des produits contraceptifs par les pharmacies. Malgré cela, certains maires de “ l’Alianza por Chile ”réussirent à bloquer la distribution de la PAE dans leur ville, préférant courir le risque d’être sanctionnés.

La controverse se poursuit avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui a clairement expliqué que la PAE en question ne provoque pas d’avortement, elle ne fait que prévenir l’ovulation. Pour les défenseurs de la PAE et de sa distribution gratuite aux mineures, il s’agit d’un problème de santé publique, qui doit être accompagné d’éducation sexuelle et qui contribuera à réduire le nombre de grossesses chez les adolescentes.

Ce problème concerne chaque année plus de 30 000 filles de 15 à 19 ans. Le pourcentage de grossesses adolescentes est passé en douze ans de 13,8 à 15 % du total des naissances. L’UNICEF et la CEPAL lancent des appels réitérés pour réduire les risques de maternité durant l’adolescence, non seulement pour les risques sur la santé des jeunes, mais aussi pour l’exclusion sociale qui s’ensuit souvent, la majorité des jeunes mères étant pauvres, célibataires et d’un faible niveau d’éducation.
En 2008 un plan national de prévention des grossesses adolescentes devrait être mis en place, de même que l’approbation du projet de loi qui prévoit l’élimination de la brèche salariale entre hommes et femmes.

Mais les organisations de femmes déplorent que le Chili, à la différence de la majorité des pays d’Amérique Latine, n’ait pas ratifié le protocole de la Convention sur l’Elimination de Toutes les Formes de Discrimination envers les Femmes. Ni le Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale qui criminalise les conduites de violences sexuelles comme crimes de lèse-humanité.
Et dans le contexte actuel, la lutte qui se prépare pour le droit à l’avortement thérapeutique est loin d’être gagnée.…

Les fruits du Plan Colombie. ( ALAI, 14/3/08)

L’opération réalisée par des militaires colombiens en Equateur pour donner la mort au dirigeant des FARC Raúl Reyes fait partie de la stratégie des Etats-Unis pour modifier l’équilibre militaire de la région. Dans les déclarations officielles l’objectif est le démantèlement des FARC, voire du narcotrafic, mais au-delà de ce prétexte le point de mire est le pétrole du Venezuela et de l’Equateur, le processus bolivarien de Chávez, ainsi que le Brésil, puissance émergente à ne pas perdre de vue…

Nous vivons la première phase d’une vaste offensive qui se met en place par étapes : d’abord le lancement du Plan Colombie, qui fut destiné à renforcer la capacité militaire de cet Etat pour le placer parmi les plus puissants du continent. Puis commence l’extension de la “ guerre intérieure ” sur les pays voisins, pour diverses raisons. Ensuite une “ guerre préventive ” peut être envisagée, comme le Pentagone l’a fait après le 11 septembre 2001…

En 2004, la capacité militaire de la Colombie était la moitié de celle du Brésil, pays qui a quatre fois plus de population et sept fois la superficie de la Colombie. Trois ans plus tard, le Brésil compte 190 000 soldats et la Colombie déjà 178 000. Les dépenses militaires atteignent 6,5 % du PIB colombien. ( Etats-Unis : 4 % ; Pays de l’OTAN : 2 % ; reste de l’Amérique du Sud : 1,5 à 2% ). En 2007 l’armée colombienne a créé 52 unités nouvelles, reçu des donations d’hélicoptères des Etat-Unis, acheté 13 avions de chasse à Israel, et 25 avions de combat au Brésil. Les forces armées colombiennes sont très supérieures en nombre à celles des pays voisins : six fois plus de soldats que le Venezuela et onze fois plus que l’Equateur.

La stratégie du Plan Colombie ne consiste pas tant à gagner la guerre interne qu’à répandre les conflits dans les pays limitrophes, comme tactique pour neutraliser leur autonomie croissante par rapport aux Etats-Unis. Militariser les relations inter-Etats est toujours un négoce intéressant. L’existence des FARC arrange bien les plans bellicistes de Washington. Le président équatorien Rafael Correa mentionne que le contrôle de la fontière avec la Colombie, où il a détaché 10 000 hommes avant l’incursion du 1er mars, dépasse les cent millions de dollars par an. La Colombie ne contrôle pas cette frontière et pousse la guérilla sur le sol équatorien pour produire la déstabilisation. Durant les dernières années, l’Equateur a démantelé 40 campements des FARC sur sa frontière et présenté des dizaines de plaintes pour la fumigation de soi-disant cultures de coca qui affecte la population frontalière.

Quant au Brésil, il avait décidé d’imperméabiliser sa frontière déjà sous Fernando Henrique Cardoso. En réponse à la tentative de l’administration Clinton d’impliquer le Brésil dans le Plan Colombie, le Brésil mit en place le Plan Cobra ( Colombie-Brasil) et le Plan Calha Norte pour éviter que guerilleros et narcotraficants traversent la frontière.

Le contrôle de la région andine serait une clé pour l’hégémonie états-unienne sur le continent, pour des raisons politiques mais aussi pour les richesses minérales que recèle cette zone. En 1973, les Etats-Unis importaient 36 % de leurs besoins en pétrole. Aujourd’hui, ils importent 56 % du pétrole brut qu’ils consomment. Le Venezuela est leur 4e fournisseur, – qui satisfait 15 % des besoins -, et la Colombie est le 5e.

Agir de manière à favoriser la déstabilisation du Venezuela en profitant d’un contexte de tension entre le gouvernement de Chávez et son opposition, saper la gouvernabilité de Rafael Correa qui met en place un programme de changements dont l’un des axes est le contrôle de l’Etat sur le pétrole… Ces projets inavoués semblent tentants mais les deux pays comptent sur l’appui solide du Brésil, qui enregistre actuellement les meilleurs résultats économiques des trois dernières décennies : selon la revue d’économie Exame, le Brésil “ est en mesure de figurer parmi les élites du capitalisme mondial ” … La construction de la communauté sud-américaine des nations est plus urgente que jamais.

TLC, le nouveau néo-colonialisme. (mars 2008) (Source : www.rebelion.org )

Les Traités de Libre Commerce (TLC) ont été conçus par les nations développées avec l’objectif de contrôler sur le plan économique, financier et même politique les pays moins développés qui ne peuvent rivaliser avec les compagnies étrangères aux technologies modernes et au capital abondant. C’est la version du colonialisme moderne.

Vu sous cet angle, il ne serait pas nécessaire de lancer des agressions ou des invasions armées contre d’autres pays pour les dominer, car au moyen du contrôle économique et financier les compagnies multinationales, appuyées par leurs Etats d’origine, posséderont force et pouvoir pour imposer des présidents à leur goût, sous la menace d’imposer des sanctions et de déstabiliser complétement un gouvernement.

Le Prix Nobel de la Paix 2001, Joseph Stiglitz, qui fut économiste chef de la Banque Mondiale de 1997 à 2000, a alerté à plusieurs reprises des risques qu’entraînent les TLC, en augmentant les inégalités sociales et en accroissant la pauvreté dans les noyaux de population rurale.

Au cours d’un séminaire réalisé à Lima, sous le titre “ Perspectives de l’économie internationale 2008 : défis pour l’Amérique Latine et le Pérou ”, tout en prenant en considération les nouveaux apports des traités, il souligna les nouveaux risques qui surgissent, en prenant comme exemple le traité signé en 1994 entre le Mexique, les Etats-Unis et le Canada ( TLCAN). Au Mexique les salaires sont plus bas, la pauvreté rurale s’est accrue, et l’inégalité sociale aussi. Selon Stiglitz, “ après la signature de l’accord, il y eut plus de suppression d’emplois que de créations, et les cultivateurs de maïs mexicains ne pouvaient soutenir la concurrence avec les agriculteurs des Etats-Unis qui reçoivent de fortes subventions de l’Etat. ”

Dans un autre forum en Equateur, Stiglitz fut encore plus explicite en affirmant que le modèle économique génère plus de pauvres et que ses conséquences dans le domaine social n’ont pas été analysées par les organismes responsables de l’équilibre commercial mondial comme le FMI et la Banque Mondiale. Il insinua que la globalisation avait été conçue pour promouvoir des profits plus substantiels du système financier et pour qu’il y ait un transfert d’argent plus important des pays en développement vers les pays industrialisés. “ Les TLC accroissent l’inégalité et c’est un instrument utilisé par les Etats-Unis pour diviser les pays sous-développés, détruire le multilatéralisme et imposer leurs industries ”. Les Etats-Unis, en échouant dans leur intention d’imposer la Zone de Libre Commerce des Amériques (ALCA ) à toute la région, se sont mis à créer des accords bilatéraux avec des gouvernements amis et sous leur égide économique.

Ces accords sont utilisés ensuite pour obtenir des concessions que les Etats-Unis ne pourraient obtenir au sein de l’OMC, où les pays en développement peuvent s’unir et négocier des règles plus favorables.Ces accords bilatéraux visent à bénéficier aux exportateurs et aux entreprises des pays riches, aux dépens des producteurs pauvres, avec de graves conséquences pour l’environnement et le développement. Ils privent les pays en développement de leur capacité à diriger leur économie nationale et à protéger leurs citoyens les plus défavorisés.

Dès l’entrée en vigueur des accords, 80 % des exportations états-uniennes de produits industriels et de consommation sont exonérés de taxes. Les pays receveurs verront leurs industries nationales disparaître peu à peu et les travailleurs n’auront plus d’autre ressource que de vendre dans les magasins les marchandises reçues de l’extérieur.

Les TLC établissent aussi que les pays signataires accorderont l’accès au marché dans tous les services : télécommunications, services d’informatique, tourisme, énergie, transports, construction et ingénierie, services financiers, assurances… Il se produira ainsi un démantèlement progressif de la gouvernabilité économique, en transférant le pouvoir des gouvernements aux entreprises multinationales et en privant les pays en développement des instruments dont ils ont besoin pour développer leur économie et parvenir à une position favorable dans les marchés mondiaux. Les TLC, en conclusion, sont la nouvelle stratégie de domination néo-coloniale dans ce monde globalisé.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *