Brèves mai 2008

BOLIVIE: un “ référendum ” illégal… (mai 2008)
(Sources: www.prensamercosur.com.ar
ARGENTINE: les “ cartoneros ” . (www.prensamercosur.com.ar)
HONDURAS-NICARAGUA: le groupe Pellas et les agrocombustibles.
(Source: www.rel-uita.org)
MEDICUBA-Europe: réunion du 24 mai 2008 à Paris.
NICARAGUA: un témoignage local.
Extrait de la revue allemande PRESENTE, du Comité Initiative Romero (CIR), mai 2008

BOLIVIE : un “ référendum ” illégal… (mai 2008)
(Sources : www.prensamercosur.com.ar
Le 4 mai les Boliviens du département de Santa Cruz participaient à un référendum local censé prouver qu’ils veulent leur autonomie. Cette croisade pour l’autonomie est soutenue aussi par les autres départements de l’Est du pays (Tarija, Beni, Pando et Cochabamba). Elle est promue par l’oligarchie de ces régions aux terres fertiles et riches en hydrocarbures… Mais ce référendum n’est pas conforme à la Constitution. Il n’est pas reconnu par le gouvernement bolivien ni par les autres gouvernements d’Amérique Latine… Le Sommet extraordinaire de l’ALBA a dénoncé ce séparatisme, de même que des personnalités telles que Adolfo Pérez Esquivel, Rigoberta Menchú, Noam Chomsky… Ci-dessous le point de vue d’un journaliste quechua, Jubenal Quispe, dans un article publié par ALAI le 22 /05/08.)
Quand le peuple bolivien organisé (sans leaders ni idéologues) expulsa du gouvernement central les politiciens promoteurs du néolibéralisme en 2003, les principaux bénéficiaires du système quittèrent le pays. Mais il resta ceux qui n’avaient pas encore accumulé assez de patrimoine ou qui n’avaient pas réussi à commercialiser les centaines de milliers d’hectares de terre qu’ils possédaient dans l’Est du pays.
Ces derniers, faisant fi de l’ordre constitutionnel, obligèrent l’ex-président Carlos Mesa à organiser l’élection de préfets départementaux (2005) de manière inconstitutionnelle. C’est ainsi que les départements de l’Est bolivien tombèrent dans les mains de grands propriétaires et éleveurs de bétail. Auparavant, partisans acharnés du centralisme d’Etat – quand ils exerçaient le pouvoir depuis La Paz -, et à présent “ autonomistes ” obstinés, quasi paranoïaques face à l’Etat National, source de leurs supports économiques…
Les préfectures de l’Est du pays aux budgets considérables transférés par l’Etat central ont déclaré une guerre sans merci au nouveau projet de pays dont rêve la Bolivie. Ils recourent au discours autonomiste pour freiner le processus de l’Assemblée Constituante, pourtant le nouveau texte de la Constitution n’est pas seulement anti-néolibéral et anti-latifundiste, il propose surtout quatre types d’autonomie, y compris la départementale avec de larges possibilités équilibrées. Pourquoi, alors, s’opposer à une autonomie concertée, légale, participative et solidaire ?
Ils sentent que le processus de changement mis en route par le Président indigène leur coupe l’herbe sous les pieds. C’est pourquoi ils se sont fixé trois objectifs non négociables et le recours à l’autonomie n’est qu’un instrument politique pour atteindre ces objectifs :
Premièrement, poursuivre l’accaparement immoral et irrationnel des terres fertiles par les grands propriétaires et éleveurs qui aujourd’hui se frottent les mains parce que la pénurie alimentaire de la planète leur promet des affaires juteuses.
Deuxièmement, déstabiliser et affaiblir le gouvernement central qui a pris le parti des pauvres. Ils sont frustrés par les décisions économiques et politiques du gouvernement Morales parce que celles-ci affectent leur portefeuille, et ils veulent dresser le peuple contre le gouvernement. Tout serait plus facile si Evo Morales se pliait aux intérêts des chefs d’entreprises et de l’empire, mais dans ce cas le peuple le renverserait.
Comme préfets et chefs d’entreprises ne réussissent pas à atteindre leurs objectifs, ils ont imaginé un troisième caprice : il s’agit d’impulser un processus séparatiste (pudiquement déguisé sous le nom d’autonomie) des départements riches en ressources hydriques, hydrocarbures et biodiversité pour en organiser le pillage. Ils essaient de toucher au mythe de l’unité nationale pour dresser le peuple contre le Président. Mais cela ne fonctionne pas non plus.
Pour atteindre leurs objectifs, les riches séparatistes ont déclaré une guerre sans merci aux pauvres qui impulsent le processus de changement : recours à l’escadron des médias de désinformation, financement de consultations “ populaires ” et d’organisations irrégulières qui persécutent les personnes opposées à leur projet anti-national, spéculation sur les prix du riz, de l’huile et de la viande, faisant de la faim leur alliée stratégique…
Face à cette guerre inique des riches contre les défavorisés, le Sénat national, contrôlé par les partis néolibéraux de l’opposition, approuve l’application de la Loi Révocatoire de Mandat, qui permet de ratifier ou de retirer le Président et les préfets de tous les départements par un vote populaire qui aura lieu le 10 aôut. Une “ issue ” qui ne convient pas non plus aux séparatistes.…
Nous ne croyons pas que cela signifiera l’issue de cette guerre inégale, mais nous sommes conscients que le peuple ne se révoquera pas lui-même. Par conséquent il faudra aller à cette importante consultation munis d’une information adéquate pour bien en comprendre les enjeux. Ils ont l’argent et le pouvoir pour nous bombarder des mensonges en guise de vérités. Nous avons le pouvoir du vote digne pour ratifier ou retirer notre appui à nos gouvernants élus, en fonction de leurs actes et de leurs intérêts démontrés dans cette première partie de leur gestion.

ARGENTINE : les “ cartoneros ”. (www.prensamercosur.com.ar)
2001 fut une année qui demeure dans la mémoire des Argentins comme l’année de crise économique, de grande pauvreté, de désillusions. Parmi toutes les choses qui ont changé cette année-là, une image a fait irruption dans le paysage urbain des grandes villes : les “ cartoneros ”, hommes, femmes, enfants, familles, glanant sur les trottoirs les cartons destinés au rebut ou fouillant les décharges publiques pour récupérer ce matériau recyclable, devenu source de subsistance.
2008 : le soir tombe, les gens se réfugient dans leur foyer, le froid rend la ville encore moins hospitalière. Les cartoneros se disposent à commencer leur travail. Avec des charrettes rustiques, traînées parfois par un vieux cheval, parfois à la force des bras, ils parcourent les rues et collectent le carton. Les commerçants ont déposé les cartons sur le trottoir, pour eux c’est un déchet. Pour les cartoneros c’est une source de travail et de survie.
Souvent ils se font insulter, surtout quand ils gênent la circulation. On les regarde comme des gens bizarres, voire dangereux. Mais la grande majorité des passants demeure indifférente et les ignore.Ils doivent travailler durant des heures pour parvenir à collecter une quantité de carton qui leur permette de survivre. Un couple de cartoneros qui fait cette activité depuis 2002 pour nourrir ses deux enfants dit : “ Nous gagnons en moyenne cent pesos par semaine quand la collecte est bonne. Nous devons nous en contenter puisque nous ne recevons acune aide de l’Etat. ” Un cartonero gagne en moyenne 400 pesos argentins par mois, ce qui est très en-dessous de la valeur de la Canasta Básica (“ panier de la ménagère ”).
Beaucoup de cartoneros ont plus de 50 ans : “ A cet âge on est vieux ici, et on ne trouve plus d’emploi. Ce que je gagne ici me permet de subsister, je fais à peu près 25 pesos par jour avec six heures de travail dans la rue ”.
Dans la majorité des grandes villes, dont Buenos Aires, des horaires ont été établis pour les activités des cartoneros, comme si ces travailleurs étaient officiellement reconnus par le système. Certes leur activité quotidienne est aussi digne qu’une autre, mais ils n’ont ni salaire minimum, ni retraite, ni droit à la santé. Personne ne prend en compte leurs conditions particulièrement insalubres. Les dispositions prises par la ville à leur égard sont dictées par les intérêts extérieurs et non par le souci de leurs conditions de travail. Et comme le carton mouillé par la pluie perd de sa valeur, eux-mêmes, frappés par les difficultés en tous genres, perdent parfois courage…surtout lorsque l’accès à certains quartiers leur est refusé parce qu’ils “ dégradent le paysage urbain, surtout celui des zones résidentielles ”.

HONDURAS-NICARAGUA : le groupe Pellas et les agrocombustibles.
(Source : www.rel-uita.org)
En mars 2007 le groupe Pellas, d’origine nicaraguayenne, annonçait son intention d’investir 150 millions de dollars dans la réalisation de la première raffinerie sucrière et distillerie d’éthanol du Honduras, dans le département de Olancho.
Le groupe Pellas est un conglomérat de plus de 50 entreprises, présidé depuis le début des années 80 par Carlos Pellas Chamorro. Il emploie plus de quinze mille travailleurs. Outre les raffineries de sucre de l’entreprise San Antonio et la production du rhum “ Flor de Caña ”, d’eau-de-vie et de gaz méthane, il contrôle aussi des plantations d’agrumes, d’eucalyptus, la production de crevettes, etc.
Selon Carlos Pellas Chamorro, l’entreprise San Antonio est la première exportatrice d’éthanol d’Amérique Centrale : 17 millions de litres en 2007 et 40 millions prévus en 2008. L’entreprise envisage la construction d’une seconde distillerie d’une capacité de 300 milles litres par jour.
L’objectif du groupe était d’augmenter sensiblement la quantité d’éthanol qu’il produit déjà et exporte vers l’Europe à partir du Nicaragua, ainsi que de commencer à fournir le marché états-unien et le Honduras, où le Congrès venait d’approuver la Loi de Production et de Consommation de Biocombustibles. Cette disposition place le Honduras premier pays de la région à avoir une loi spécifique en matière de biocombustibles.
Le président hondurien Manuel Zelaya apprécie ce projet, ainsi que le secrétaire d’Etat à l’agriculture et à l’élevage qui confirme que 15 mille hectares y seraient consacrés, avec 20 mille emplois à la clé. Toutefois, le président hondurien tient un double discours : il dit vouloir favoriser la production agricole, mais aussi celle d’agrocombustibles, grâce à la palme africaine pour le diesel et la canne à sucre pour l’éthanol.
Cependant certains secteurs de la population voient avec préoccupation l’utilisation d’énormes étendues de terres pour récolter la canne à sucre génératrice d’éthanol, alors que cette région d’Olancho est précisément celle qui produit 75 % des denrées alimentaires du pays : elle compte trois vallées où sont cultivés les haricots, le maïs, le riz et autres légumes, sans compter l’élevage. Le Honduras est déjà très déficitaire en produits alimentaires et doit en importer pour répondre à la demande interne.
L’un des effets du projet Pellas est l’augmentation vertigineuse du prix des terres du Honduras : une manzana ( 0,7 ha) valait environ 1200 dollars, mais avec l’arrivée du groupe Pellas et l’accroissement de la demande, le prix s’est envolé à 4000 dollars. Pellas rencontre des difficultés dans l’achat des terrains honduriens : de nombreux paysans ou communautés possèdent des terres mais sont endettés auprès des banques et ne peuvent vendre leurs terres hypothéquées. Des conflits terriens existent depuis plus de 30 ans. 45 mille hectares sont exploités par des paysans sans titres de propriétés. De la part des organisations paysannes, la demande de réforme agraire est persistante car il y a plus de trois cent mille familles de paysans sans terre.
Enfin, intervient un facteur culturel qui complique aussi l’opération : les grands propriétaires se refusent à vendre parce qu’au Honduras le fait de posséder des terres représente un pouvoir économique et politique auquel ils ne veulent pas renoncer.
Au Nicaragua l’entreprise sucrière San Antonio est jugée responsable des graves problèmes de santé de ses travailleurs du fait de l’utilisation du produit toxique Nemagon ( 2700 travailleurs décédés et plus de sept mille souffrant d’insuffisance rénale chronique et autres maladies en relation directe avec les agro-toxiques).
En avril dernier, plus de cent mille Honduriens ont observé dans tout le pays un “ arrêt de travail civique national ” pour obtenir du gouvernement des réponses concrètes à une douzaine de demandes : meilleur contrôle des prix, augmentation des salaires, mise en place d’une réforme agraire effective avec mesures d’accès à la terre, garantie de souveraineté alimentaire…

MEDICUBA-Europe : réunion du 24 mai 2008 à Paris.`
La réunion s’est déroulée à Paris avec des participants des comités français, suisses, espagnols et italiens. L’après-midi nous étions invités à l’Ambassade de Cuba où nous avons visionné le film rappelant les dix années (1997-2007) d’activités du réseau MEDICUBA-Europe.
En septembre 2007 MEDICUBA-Europe, constitué de douze organisations, célébrait son 10ème anniversaire. L’envoi de matières premières à l’industrie pharmaceutique cubaine a permis de fabriquer des médicaments génériques de première urgence pour les hôpitaux. Ces envois ont atteint la valeur de 7 millions d’Euros.Si Cuba avait dû acheter ces médicaments sur le marché mondial, la dépense aurait été multipliée par cinq.
Ce projet s’est poursuivi aussi par l’envoi de matériel (capsuleuse) et la formation de praticiens cubains en Europe. La production de médicaments contre l’asthme a pu se développer (maladie qui atteint le dixième de la population).
Fin 2007 marque le début du projet “ Recherche et Développement de 9 médicaments génériques pour le traitement du Cancer ”, ( projet intitulé : “ Projet Cytostatiques ”).
Comme ce projet comporte une phase de recherche, il faut tenir compte du temps nécessaire pour obtenir les résultats des essais, de les soumettre aux études de qualité puis de passer à la phase de production industrielle.
La phase de recherche de financement est bien avancée, grâce notamment à la participation importante de MEDICUBA-Espagne. Les douze organisations membres du réseau MEDICUBA-Europe ont accepté le principe d’un budget collectif, en s’engageant par un “ accord de collaboration ” et l’acceptation d’un système de quotas.
MEDICUBA-Europe adhère à la Campagne pour la normalisation des relations entre l’Union Européenne et Cuba : une lettre ouverte a été adressée aux autorités de l’Union Européenne, rappelant que le principal obstacle à ces relations sont les sanctions imposées en 2003 et actuellement suspendues, et que la normalisation des relations permettrait de reprendre les liens de coopération bénéfiques en faveur d’un agenda de développement humain durable.
En mai 2008, MEDICUBA Europe produit son premier bulletin mensuel qui résume ses activités. Dès maintenant, il est également possible de s’informer sur le site web://www.medicuba-europa.org

NICARAGUA : un témoignage local.
( Extrait de la revue allemande PRESENTE, du Comité Initiative Romero (CIR), mai 2008.)
Carmen a étudié la médecine à Cuba et a choisi de travailler à Yalagüina, zone perdue près de la frontière hondurienne. Son père, le chirurgien allemand Ernst Fuchs, avait quitté Berlin en 1978 pour aller participer à la lutte des Sandinistes au Nicaragua. Quand ceux-ci furent au pouvoir, il s’installa dans le Nord du Nicaragua pour y créer un centre de santé. Puis ce centre périclita peu à peu après 1990. Lorsque Ernst mourut en 2004, son héros sandiniste Ortega commençait à flirter avec la droite, parlait plus de Dieu que de Révolution, parce qu’il pensait gagner ainsi des électeurs dans ce Nicaragua imprégné de religiosité. Les sandinistes qui osaient le critiquer étaient tout simplement exclus du parti.Ortega alla même jusqu’à pactiser avec l’archevêque Obando y Bravo en imposant à l’Assemblée la loi qui allait pénaliser toute forme d’avortement.
Dans le centre de santé de Yalagüina, bien nécessaire avec une population rurale de 5000 habitants, travaillent 4 médecins et 9 infirmières. Ortega avait promis la santé gratuite. Au moins sur ce point il y a un effort, le personnel médical a été doublé et tous les mois, un camion amène médicaments et matériel médical. Le centre de santé autrefois ouvert durant quelques heures chaque jour, fonctionne à présent toute la journée. Avant il venait une dizaine de malades par jour, le médecin rédigeait une ordonnance mais les gens n’avaient pas de quoi payer les médicaments. Maintenant il en vient quarante par jour, les remèdes sont gratuits. Deux ruelles plus loin un nouveau centre de santé, plus grand, se construit enfin : Arnoldo Alemán, durant sa présidence, en avait posé la première pierre à grand renfort de publicité. Depuis, même cette pierre avait été volée et le centre attendait des jours meilleurs…
Carmen, à 26 ans, est responsable des activités du Centre de Santé. Elle tient à sensibiliser ses collègues sur la nécessité de faire de la médecine préventive. Avec quatre collègues elle est allée dans les zones isolées pour vacciner 62 chiens contre la rage. “ Ce n’est pas le travail du médecin ! ” protestaient ses collègues réticentes. “ Mais c’est de la prévention nécessaire !” répondait-elle. Et chaque jour apporte de nouveaux défis… Vaccinations d’enfants, aménagement d’un coin maternité, conseils d’hygiène…

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *