Infos juin 2008

CUBA: levée des sanctions de l’Union européenne. Bruxelles, 19/06/08. Les ministres des Affaires Etrangères des 27 Etats de l’Union Européenne ont approuvé aujourd’hui la levée des sanctions contre Cuba imposées en 2003 …

PARAGUAY: les défis du nouveau gouvernement. (www.rebelion.org) (14 / 06 / 08 ) Fernando Lugo, l’ex “ évêque des pauvres ”, ne prendra possession du pouvoir que le 15 août prochain …

CUBA: levée des sanctions de l’Union européenne.
Bruxelles, 19/06/08. Les ministres des Affaires Etrangères des 27 Etats de l’Union Européenne ont approuvé aujourd’hui la levée des sanctions contre Cuba imposées en 2003.
Extrait du communiqué du journal cubain Granma :
“ (…) Les mesures injustes de l’Union Européenne furent imposées en 2003 sous le prétexte de l’arrestation, de la part de Cuba, de 75 contre-révolutionnaires, payés et cautionnés par le gouvernement des Etats-Unis pour subvertir l’ordre politique, économique et social de l’île. Les sanctions incluaient, entre autres éléments, de limiter les visites gouvernementales, de réduire la participation européenne à des évènements culturels à Cuba, et d’inviter les contre-révolutionnaires aux réceptions organisées pour les fêtes nationales des Etats membres de l’Union Européenne.
“ Les ministres des Affaires Etrangères des 27 avons décidé unanimement de lever définitivement les mesures dont le gouvernement espagnol croit qu’elles n’ont jamais servi à grand’chose et qu’elles ont même été contre-productives ” a dit le chef de la diplomatie espagnole lors de la conférence de presse ”
(…) De Washington, entre-temps, la réaction a été de déception. “ Nous ne sommes pas favorables à ce que l’Union européenne ou tout autre pays annule les sanctions en ce moment ” a déclaré le porte-parole du département d’Etat, Tom Casey. “ Nous n’appuierons pas la flexibilisation de ces restrictions de la part de l’Union européenne ni de personne d’autre ”, a-t-il ajouté.

PARAGUAY: les défis du nouveau gouvernement. (www.rebelion.org) (14 / 06 / 08 )
Fernando Lugo, l’ex “ évêque des pauvres ”, ne prendra possession du pouvoir que le 15 août prochain. Les défis à affronter sont considérables. Le peuple qui l’a porté à la présidence devra être prêt à se mobiliser avec détermination. La première difficulté qu’il rencontrera pourrait être dans les réactions divergentes de la coalition qu’il a conduite. Car elle ne compte pas moins de dix partis politiques et une quarantaine de mouvements !

Parmi les grands axes du programme de Lugo, citons deux projets importants : “ réforme agraire intégrale ”, récupération de la souveraineté énergétique.La réforme agraire est une tâche prioritaire pour mettre fin au scandale de la concentration de la propriété de la terre, extrêmement inégale : 80 % des terres sont aux mains de 2% de la population. Première étape prévue : établir un cadastre national des propriétés. Il s’agirait ensuite d’attribuer des terres à cultiver aux paysans et aux indigènes qui n’en ont pas.Il est évident que les “ latifundistes ” ou grands propriétaires, nationaux et étrangers, feront tout pour ne pas être dépossédés, même de terres incultes.…
Souveraineté énergétique : pour récupérer l’énergie hydro-électrique, il faudrait renégocier les contrats de Itaipú et de Yacyretá, signés par la dictature de Stroessner en 1973 avec le Brésil et l’Argentine de Perón. Le Paraguay ne consomme que 5 % de l’énergie produite par Itaipú, le traité l’oblige à vendre les 95 % restants au Brésil à prix coûtant. Les conditions fixées par le traité sont profondément injustes. Le Paraguay reçoit 300 millions de dollars par an alors que les spécialistes estiment qu’il devrait en obtenir dix fois plus selon les prix du marché. Mais le Brésil a déjà annoncé qu’il ne renégocierait pas l’accord avant son échéance… en 2023. L’Argentine n’est pas plus conciliatrice avec l’accord de Yacyretá.

( Pour le Paraguay, l’aspiration à la souveraineté n’est pas une nouveauté : dès la fin de la colonisation espagnole en 1811, le Paraguay pratiquait le protectionnisme pour défendre son industrie nationale et son marché intérieur. Il était alors l’Etat le plus progressiste de la région. C’est alors qu’il fut attaqué par la coalition de ses voisins, le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay, appuyés et stimulés par la Grande-Bretagne, puissance capitaliste dominante de l’époque, qui craignait l’extension de l’exemple paraguayen.Cinq ans de guerre sanglante ne laissèrent que le sixième de la population. Le Paraguay dut céder une partie de son territoire et payer des dettes de guerre. Il se trouva alors endetté pour la première fois de son histoire car de 1811 à 1870 il s’était développé sans recourir à l’endettement extérieur.)

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *