BRESIL: Novembre 2011

Belo Monte : le barrage interdit. (www.noticiasaliadas.org)

Un juge de l’Etat de Pará, nord du Brésil, a ordonné l’arrêt de la construction du barrage de Belo Monte, sur la rivière Xingú, pour ses effets négatifs sur la pêche artisanale de la région. Le 29 septembre dernier, ce magistrat fédéral a interdit au Consorcio Norte Energia, chargé de la construction du barrage, d’altérer le río par « l’implantation d’un port, de digues, les explosions, l’excavation de canaux, enfin, toute réalisation qui interférerait sur le cours naturel du río Xingú en entrainant une altération de la faune ictiologique »( des poissons).

Le juge a donné raison à l’Association d’Eleveurs et d’Exportateurs de Poissons de Altamira qui présentait la dénonciation en signalant que les travaux du barrage peuvent provoquer l’extinction des principales espèces de poissons de cette région.Toutefois, l’entreprise peut faire appel.

« Il n’est pas raisonnable de permettre que d’innombrables familles dont la subsistance dépend exclusivement de la pêche de poissons effectuée dans le río Xingú, soient affectées directement par les travaux de l’entreprise hydro-électrique » a déclaré le juge.

Belo Monte, qui deviendrait la 3ème hydroélectrique la plus grande du monde après Tres Gargantas en Chine et Itaipú au Brésil/Paraguay, avec 11 200 MW de puissance et un coût de onze milliards de dollars US, est une pièce clé pour le développement énergétique du pays.

La ministre de l’Environnement , Izabella Teixeira, avait défendu le projet, qualifiant de « techniquement irréprochable » la licence environnementale pour sa construction qui avait été accordée en avril par le gouvernement.

Teixeira affirma en conférence de presse que « la licence fut accordée après toutes les études techniques sur les possibles impacts environnementaux du  projet et elle incluait différentes recommandations dont la réalisation avait été vérifiée ».

Des groupes d’écologistes, d’indigènes et même la Commission Interaméricaine des Droits Humains (CIDH) de l’Organisation des Etats Américains ont remis en question le barrage pour les énormes impacts qu’il aurait sur le milieu environnant et ont demandé la réalisation d’une consultation préalable et informative, – l’un des piliers de l’accord 169 de l’Organisation Internationale du Travail sur les peuples indigènes et tribaux -, parmi les communautés indigènes qui pourraient se voir affectées. Dans le bassin du río Xingú vivent vingt mille indigènes appartenant à 28 ethnies différentes.

«  Outre qu’il affecterait la pêche de manière dramatique, il détruirait d’énormes étendues de forêts dont dépend le bien-être de milliers d’indigènes, dont certains isolés », signale un communiqué de Survival Internacional, organisation de défense des droits des peuples indigènes, et elle ajoute : « les indigènes n’ont pas donné leur consentement à la construction du barrage et ont averti que si le projet se poursuit, le Xingú pourrait se convertir en « río de  sang ».

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *