COLOMBIE : Le troc, une pratique du « Bien Vivre » (mai 2013)

(www.noticiasaliadas.org)

« Je me souviens du temps de mes parents, quand les gens montaient des zones chaudes jusqu’ici et qu’ils apportaient des platanos (bananes plantains), des oranges, des ananas, du manioc ; nous échangions avec des pommes de terre, du chou, des oignons, du lait et du fromage », raconte Lucina, qui avec son  mari et deux de ses sept enfants vit dans la zone indigène de Puracé. A 66 ans elle est l’une des participantes les plus enthousiastes du troc organisé tous les deux mois par l’Asociación de Cabildos (conseils communautaires) Genaro Sánchez, du département sud-ouest du Cauca.
Cette pratique fut réactivée par l’initiative des  communautés en 2003, et renforcée en 2009  par l’aide de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), dans son  projet « Intégration des écosystèmes et adaptation au Changement Climatique dans le Macizo Colombien » mis en œuvre de 2008 à 2010.
« Notre structure comprend 22 000 habitants de 10 cabildos indigènes  répartis dans les trois municipios de Popayán, Puracé et El Tambo. Popayán est la capitale départementale », explique Ricardo, qui coordonne les activités du troc dans sa communauté.
« Au début, ajoute-t-il, il n’y avait que 150 participants pour échanger leurs produits, mais aujourd’hui ce sont de 600 à 1500 indigènes qui se réunissent tous les deux mois pour cette activité ».
Avec l’augmentation de la participation, l’organisation s’est améliorée : en tenant compte du nombre approximatif de participants, de la nature des produits qui s’échangent, on tente de réaliser un équilibre afin que les produits alimentaires puissent être redistribués pour que personne n’en manque ou n’en ait en surplus.
« Par chance, précise Ricardo, nous avons différents étages thermiques : de 1000 m jusqu’à 3800 m d’altitude. Ceci nous permet de disposer d’une grande variété de produits ».
Ce processus, né d’une coutume ancestrale, permet aussi aux indigènes d’avoir un meilleur niveau de vie,  de consommer des aliments plus variés et sains car cultivés de manière écologique.  L’échange de semences permet aussi d’obtenir des aliments de zones différentes, de reboiser avec des espèces natives. Et peu à peu de nouvelles idées se concrétisent : faire des cultures sous abri échelonnées, réaliser des barrières en plantant des arbres, protéger les sources…
« Le troc nous enracine, nous organise, nous rend plus forts. Il nous encourage à produire, à recréer les jardins de légumes traditionnels, à lutter pour ce qui nous appartient. Durant les trocs les liens d’amitié se renforcent, les connaissances s’échangent, les méthodes de travail aussi », conclut Ricardo.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *