BREVES 2 ( Juin 2013 )

NICARAGUA : Le repas quotidien à l’école.(revue ENVIO)
Dans dix mille centres scolaires (niveau primaire et pré-scolaire) des 153 municipios nicaraguayens, la deuxième phase de distribution alimentaire a commencé. Il s’agit de produits alimentaires destinés aux enfants et cuisinés par les parents. Ils sont fournis aux centres scolaires dès la rentrée (début février). Ainsi  les enfants prennent chaque jour un repas à l’école, ce qui est une motivation supplémentaire pour y envoyer les petits. D’ailleurs cette mesure a contribué à favoriser la « rétention scolaire », c’est-à-dire l’absence d’abandon scolaire en cours d’année. Elle a aussi valu au Nicaragua les félicitations de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) pour cette lutte contre la malnutrition et la pauvreté.

NICARAGUA : Loi 779.(voir nos infos de mai) (revue ENVIO)
La « Loi Intégrale contre les violences envers les femmes », entrée en vigueur il y a dix mois et considérée comme une importante conquête des organisations féministes, est l’objet de polémiques interminables de la part des secteurs évangéliques, d’une partie de la hiérarchie catholique ( l’évêque d’Estelí, Abelardo Mata, se montre particulièrement actif ! ) et de certains juristes. Motif : cette loi porterait atteinte à  l’égalité entre homme et femmes, garantie dans la Constitution, et détruirait le mariage et la famille. Il faudrait selon eux rétablir le droit à  la médiation. Or les chiffres parlent autrement: sur les 85 assassinats de femmes commis en 2012,  on avait eu recours auparavant à  la médiation dans 30 % des cas.…De plus, une enquête réalisée début avril révèle que les hommes sont d’accord avec cette loi à 76,1 %, et les femmes à 87 %.

BOLIVIE : Popularité du Président Evo Morales. (ADITAL)
L’enquête réalisée en mars dernier dans les villes de La Paz, Cochabamba et Santa Cruz, 13 régions urbaines et 31 localités rurales du pays,  indique que le Président Morales jouit d’un taux d’approbation de 59 %. (66 % dans les seules zones rurales), le vice-président Alvaro García Linera une approbation de 55 % et la gestion du gouvernement de 54 %.

GUATEMALA : Le cas Ríos Montt. (ADITAL – REBELION – ALAI)
Après bien des péripéties judiciaires, le tribunal, par la voix de la juge Jazmin Barrios, condamne Rios Montt (86 ans) à 80 ans de prison, soit 50 ans pour les délits de génocide en qualité d’auteur et 30 ans pour le délit de lèse humanité contre l’ethnie ixil en 1982 et 1983. La peine devra être purgée au centre de réclusion  du Cuartel Matamoros, prison de haute sécurité.! Le tribunal  s’est attaqué au cas Ríos Montt dès que celui-ci cessa d’être député, en 2012. Mais à  présent la Cour Constitutionnelle annule le verdict !!

Qu’entend-on par génocide ?
Le génocide est défini dans la « Convention pour la Prévention et la Sanction du délit de Génocide », adoptée en décembre 1948, entrée en vigueur en janvier 1951, signée par le Guatemala en 1950.
« On entend par génocide tout acte mentionné ci-dessous, perpétré avec l’intention de détruire, totalement ou partiellement, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, tel que :
a) massacre de membres d’un groupe;
b) atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale des membres du groupe;
c) soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence susceptibles d’entraîner sa destruction physique, totale ou partielle;
d) mesures destinées à empêcher les naissances au sein du groupe;
e)transfert forcé d’enfants d’un groupe vers un autre groupe »

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *