23 août : Journée Internationale en mémoire du Trafic d’Esclaves et de son Abolition.

Source: ADITAL

Chaque année, l’ONU consacre le 23 août au souvenir du Trafic d’Esclaves et de son Abolition. Malheureusement, ce thème n’est pas seulement destiné à rappeler le passé, car le trafic de personnes persiste encore de nos jours, de différentes manières et sur tous les continents : il y a le trafic- séquestration d’enfants dans les zones reculées de certains pays d’Afrique;  ces enfants seront vendus aux frontières comme esclaves domestiques ou enfants-soldats pour des missions suicides,  ou encore pour le trafic d’organes.
Il existe aussi le trafic de femmes, pour des réseaux de prostitution qui opèrent aussi dans les pays européens.

Et dans le monde entier, légalement et sans limitation, continue le trafic économique qui oblige  les  personnes à survivre en vendant leur force de travail dans des conditions souvent inhumaines, comme les immigrés.
En 2000, l’ONU a proposé les huit objectifs du Millénaire pour réduire la pauvreté et surmonter la misère. Actuellement, soit presque 15 ans plus tard, un récent rapport de l’ONU signale que c’est seulement en Amérique Latine que les pays ont fait quelque chose pour avancer dans ce sens.

De tous  les continents, seule  l’Amérique Latine a progressé sur la question du droit de tous les êtres vivants à  l’eau potable, à l’extension des services de santé, à l’accès universel à l’éducation et aux programmes de sécurité alimentaire pour tous.

Dans les années 90, la pauvreté atteignait en moyenne 48,4 % des  populations. Maintenant elle n’en concerne plus que 30 %. En tout cas, le retard est si grand que, même avec ces avancées,  le chemin est encore long et difficile. Les défis sont immenses.

L’ONU reconnait que les pays qui ont progressé en justice sociale, dans la victoire sur l’analphabétisme et la faim, sont  ceux qui ont des gouvernements populaires et de nouvelles constitutions, comme le Venezuela, l’Equateur et la Bolivie.

Le mois dernier, la FAO, Organisation de l’ONU pour l’Agriculture et l’Alimentation, a primé le gouvernement vénézuelien pour avoir éradiqué la faim et la misère sur tout son territoire. L’ONU a déclaré que, de toute l’Amérique Latine, le Venezuela Bolivarien est le pays qui a le plus réussi à réduire les inégalités sociales, éradiqué l’analphabétisme et mis en œuvre le meilleur programme de logements populaires accessibles à tous.

Les peuples Indigènes proposent le modèle du « Buen vivir » et la cohabitation dans la dignité, dans une vie de qualité, durable et juste, loin de la société de consommation qui convertit les gens en consommateurs avides.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *