Appel à la solidarité avec les sinistrés mexicains. (30/09/13)

Les ouragans Manuel et Ingrid au Mexique : par Enrique Gómez responsable de Enlace Rural Regional (ERRAC) 03/10/2013

Le vendredi 13 septembre 2013 le centre national des Ouragans basé à Miami (USA) informait des menaces qui pesaient sur le Mexique. Le Président mexicain et le Ministère de l’Intérieur, chargés par la Loi d’organiser la prévention des désastres, étaient occupés à l’expulsion des maîtres. En désaccord avec la réforme du travail qui leur avait été imposée sans tenir compte de leurs propositions, ils s’étaient rassemblés sur le Zócalo (ou Place de la Constitution) et quelques grandes avenues de la capitale.
L’ouragan Manuel est entré par l’Océan pacifique, dévastant les Etats de Guerrero et Oaxaca. En même temps, Ingrid soulevait les eaux du Golfe et les déversait sur Veracruz et Tamaulipas. Des torrents dévalèrent des montagnes et ensevelirent vivantes entre 150 et 200 personnes, principalement de 94 municipalités indigènes, 31% à Guerrero et 28 à Oaxaca.
Des cultures de maïs, de fruits et légumes furent également sinistrées. Ceux qui reçoivent un financement officiel (un crédit) sont assurés, mais ils sont une minorité. La majorité des mixtèques, tlapanèques et nahuas de Guerrero et Oaxaca, ont du se réunir d’abord entre eux pour « sentir leur propre force » car « pour le Gouvernement, nous les Indigènes nous n’existons pas. » (compte-rendu de Blanche Petrih. La Jornada 29/09/2013). Le tracteur pour débloquer la brèche de Yucuhiti est arrivé 10 jours après les tempêtes.
La Commission Nationale de l’Eau ne s’était pas préoccupé des demandes ni des études du Gouvernement de Guerrero pour nettoyer le cours des rivières. Celles-ci traversent des zones très peuplées. Résultat : des milliers de maisons détruites principalement dans les quartiers pauvres et ruraux. Leurs habitants se sont retrouvés sans rien et sans aucune protection. Maintenant ils attendent dans des refuges un peu plus que des provisions, des couvertures et des matelas.
Militaires, paramédicaux, épidémiologistes et ingénieurs ont été mobilisés après 78 heures pour venir en aide aux victimes. Trois jours d’incertitude et d’abandon, du jamais vu depuis des siècles. Les responsables politiques, outre leurs activités de « dissuasion » face aux maîtres, devaient assister le 16 septembre à la célébration de l’Indépendance mexicaine…

1. Causes :
conjonction des ouragans « Manuel » sur les côtes de l’Océan Pacifique et « Ingrid » sur le golfe du Mexique
2. Dates:
dimanche 15 et lundi 16 septembre 2013.
3. Etats les plus affectés:
Guerrero, côte et montagne.
Oaxaca, côte et montagne.
Michoacán, Jalisco, Sinaloa, Veracruz et Tamaulipas.
4. Zone de travail de ERRAC:
Etat d’Oaxaca : 23 000 ha de cultures inondées : maïs, sésame, arachide, papaye, mangue, agrumes.
– 10 000 familles sinistrées. On ne connait pas encore le bilan total des dégâts. Il y a des lieux où on ne  peut accéder que par hélicoptère.
– 76 autres municipios de ce même Etat ont été déclarés en urgence et 11 sont considérés comme  zones de désastre.
– Il y a pénurie d’aliments et d’articles de première nécessité.

– A Santa María Yucuhiti, (Oaxaca), on a enregistré plus de 20 éboulements, et glissements de terrain de la montagne sur les brèches qui communiquent avec le centre de la municipalité. Les deux accès : Tlaxiaco et Putla sont interrompus par des éboulements sur le pont routier.
– Plusieurs systèmes hydrauliques construits par ERRAC ont été endommagés, de même que des arrière-cours et des basses-cours, tant à Yucuhiti qu’à Nuyoo. Nous préparons des rapports. Nous devrons négocier avec le municipio de quelle manière réparer les dégâts des systèmes hydrauliques; quant aux dégâts des basses-cours, ils resteront à notre charge, avec votre solidarité.

ENRIQUE GOMEZ
Note : ces données ont été empruntées à  l’hebdomadaire « Proceso » (22/9/13) et aux rapports du Coordinateur Régional de ERRAC.
Dans les articles consultés on peut lire :
« La responsabilité du système national de Protection Civile revient au Président de la République : c’est lui qui doit dicter les lignes à suivre pour coordonner les travaux de protection « afin de réduire les risques ». Selon « La Jornada », il s’est écoulé plus de 60 heures sans réaction officielle, parce qu’on préparait les Fêtes Patriotiques de  l’Indépendance du Mexique.

Ce contenu a été publié dans Les comptes-rendus, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *