Prix Mondial de l’Alimentation aux entreprises de transgéniques. (novembre 2013)

(ADITAL)

Alors que les écologistes et les spécialistes de l’alimentation du monde entier protestent contre les effets des aliments transgéniques sur les êtres humains, sur l’agriculture familiale et les cultures traditionnelles, les  multinationales étatsunienne et suisse Monsanto et Syngenta, respectivement, ont reçu aux Etats-Unis le Prix Mondial de l’Alimentation.

Des personnalités qui ont reçu le Right Livelihood Award (RLA) ou « Prix Nobel Alternatif », et les membres du Conseil pour le Futur Mondial (World Future Council) ont publié un manifeste dans lequel elles condamnent le choix des scientifiques et des exécutifs consacrés à la production des transgéniques comme gagnants du Prix Mondial de l’Alimentation.

Le représentant latino-américain de l’organisation internationale GRAIN (primée par RLA en 2011), Carlos Vicente, signale : « dans le Cône Sud où nous vivons, tous les jours, la catastrophe socio-environnementale que signifie l’avancée des cultures transgéniques, déplace des communautés, détruit les dernières forêts, contamine et tue avec ses fumigations massives les populations liées à ces territoires. Décerner ce prix aux multinationales  est une provocation contre nos peuples. Il n’est pas surprenant que ce prix, créé par le père de la Révolution Verte, Norman Bourlag, soit attribué aux partisans de ce modèle. Les prédateurs se récompensent eux-mêmes. »
Pour la spécialiste en questions alimentaires, Vandana Shiva, (RLA 1993) de l’Inde, les transgéniques non seulement ne sont pas sûrs, mais ils détruisent aussi la biodiversité, tout en augmentant la dépendance des agriculteurs par rapport aux semences et aux produits chimiques. De plus ils conduisent à l’apparition de fléaux dans l’agriculture.

Les écologistes affirment que l’attribution du Prix à des entreprises comme Monsanto et Syngenta promeut la concentration du pouvoir aux mains de quelques multinationales  et ignore lune évidence mondiale : l’agriculture écologique peut améliorer la productivité des sols et la biodoversité, sans obliger les agriculteurs à acheter des semences et des intrants coûteux.

Ils assurent que « le choix du Prix Mondial de l’Alimentation 2013 est un affront pour le consensus international croissant sur les pratiques d’agriculture écologique et sûre, qui ont été scientifiquement vérifiées pour promouvoir la nutrition et la soutenabilité. »

Le Manifeste condamnant le prix a été publié dans le périodique étatsunien Huffington Post, dans lequel 81 lauréats du Prix Nobel Alternatif, ainsi que les membres du Conseil pour le Futur Mondial, affirment que la décision constitue un mauvais signal pour le futur de la sécurité alimentaire et de l’agriculture familiale, en favorisant les développements  technologiques, qui en appliquant la propriété de patente multinationale, tentent d’établir un modèle d’agriculture qui détruit la soutenabilité et  la démocratie.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *