AMERIQUE CENTRALE : Il n’existe pas de mine sans pollution.

(Revue ENVIO, de l’UCA de Managua, Nicaragua, mars 2014)

(PREMIERE PARTIE)

Les mythes et les promesses que diffusent les entreprises minières pour gagner les esprits et les cœurs sont faux et démentis par les études et les rapports. L’exploitation minière en Amérique Centrale a été nuisible pour l’environnement, a créé peu d’emplois et généré plus de dépenses que de bénéfices pour les communautés. Elle ne génère ni développement durable ni profits pour les Etats. C’est cela la réalité.

L’or des Amériques fut l’attraction principale pour les conquistadors  espagnols il y a plus de cinq siècles. Cette spoliation des ressources naturelles a aussi généré le déracinement et l’extermination des peuples autochtones. Aujourd’hui la menace revient : des intérêts étrangers, sous forme d’entreprises minières transnationales, principalement aux capitaux canadiens, s’intéressent à l’exploitation de l’or et d’autres minéraux encore dans le sous-sol de la région.

Selon les entreprises minières, dans la région centroaméricaine, on trouve de l’or dans une ceinture qui va de Mexico au Panama. Il s’agit d’un or de faible concentration ( de 1 à 14 grammes d’or par tonne de terre ) C’est pourquoi on le qualifie « d’or microscopique » ou « d’or invisible ». Pour que son exploitation soit rentable, on utilise une technologie très nocive pour la nature : la destruction des forêts et la pollution des sols, de l’eau et de l’air. Tout cela a de graves conséquences pour les formes de vie traditionnelles  et les droits humains les plus élémentaires des peuples affectés.

Les entreprises multinationales qui viennent de nos jours chercher de l’or en Amérique Centrale sont motivées par son  prix élevé sur le marché mondial (presque 1300 dollars l’once en 2013) et par les faibles coûts de production, dus au manque de capacité des gouvernements de la région pour réguler l’industrie minière.  En outre, les lois des pays de la région permettent que la majeure partie de ces richesses reste aux mains des entreprises et non aux véritables propriétaires, les populations d’Amérique Centrale.

Les communautés voisines des projets miniers sont celles qui souffrent le plus de l’impact de la mine.
Avec d’autres organisations de la société civile, elle élèvent la voix avec plus de force, protestant contre le peu d’avantages et les coûts et nuisances de toutes sortes que cette industrie apporte avec elle. Pour contrer cette vague de résistance, les entreprises minières passent à l’offensive : elles tentent de convaincre la population qu’il existe une nouvelle forme d’extraction minière, plus propre, bénéfique pour tous, et respectueuse des droits humains.

Il faut analyser de manière objective ces nouveaux arguments pour connaitre la réalité, en déduire les vérités, en tirer des leçons et comprendre les véritables implications de cette industrie pour la région centro-américaine. Dans le monde entier, toutes les entreprises minières emploient les mêmes arguments  dans leur effort de convaincre les populations des bénéfices de la mine pour les pays en développement. Ces arguments peuvent se résumer en promesses ou mythes.  Essayons de les analyser.

Le mythe de la « mine verte »
Le premier mythe c’est qu’aujourd’hui l’industrie minière applique une nouvelle technologie qui protège l’environnement. Les entreprises minières parlent d’une nouvelle manière de pratiquer l’extraction minière en harmonie avec le milieu ambiant. Elles utilisent des termes comme « mine verte », « mine moderne », et « mine responsable », dans un effort pour persuader que les choses ont changé.
La pratique en Amérique Centrale nous enseigne que chaque étape de la recherche minière, de l’exploration jusqu’à l’extraction, le traitement et le raffinement, génèrent le plus souvent des dégâts irréversibles pour l’environnement. Dans l’étape d’exploration, les entreprises minières font des centaines de perforations profondes dans la terre ( jusqu’à 400 m) pour vérifier la présence et le degré de concentration de l’or. Au cours de ce processus, il est fréquent que soient affectées les nappes aquifères et les sources des communautés proches  comme ce fut le cas  entre 2007 et 2009, dans le projet minier El Dorado de Cabañas, (El Salvador) : une entreprise canadienne finit par assécher plus de vingt sources des communautés locales.

Le prix d’un anneau d’or.
Etant donné la faible concentration de l’or dans la région, la production d’une seule once d’or, (quantité nécessaire pour une bague) requiert l’extraction de plus de vingt tonnes de roches, en détruisant sols et bosquets : on brise les roches à la dynamite, en polluant l’air avec la poudre et les métaux lourds. On détruit paysages et collines (sacrées pour les peuples mayas ) et on laisse d’énormes excavations à la surface du sol.  Les dimensions de celles-ci sont parfois si vastes qu’on peut les observer depuis l’espace !

La pollution des eaux.   
L’extraction de l’or requiert des quantités exorbitantes d’eau, une eau que les entreprises minières paient rarement. La mine Marlin (Guatemala) utilise 250 mille litres d’eau à l’heure, ou six millions de litre par jour, ce qui représente la consommation d’une famille paysanne pendant 30 ans… Les communautés vivant près de cette zone d’extraction ont constaté que 40 puits communaux se sont asséchés au cours des 8 années d’activités de la mine.

Mais le problème le plus préoccupant pour la pollution de l’eau est le « drainage acide des mines « . Ce phénomène survient fréquemment dans les mines d’or. Il apparait quand  la roche du sous-sol contient des sulfures, ce qui est courant en Amérique Centrale. Quand le sulfure de la roche est exposé à l’oxygène de l’air et à la pluie, il se transforme en sulfate et celui-ci en acide sulfurique. Cet acide agit sur la roche en libérant d’autres substances  comme le plomb, le magnésium, le cadmium, le mercure et l’arsenic. Ces métaux lourds ainsi que l’acide sulfurique finissent par polluer les cours d’eau, les lacs et les nappes aquifères.

Le drainage acide est difficile à détecter durant la période d’exploitation d’une mine. Il a tendance à apparaitre quand  l’entreprise minière a  déjà fermé les portes et s’en est allée avec l’or. Le pire est que ce phénomène peut durer des centaines d’années. C’est pourquoi les analystes le nomment « la bombe à retardement » des mines. On a découvert en Espagne et en France des mines datant des Romains qui génèrent encore le drainage acide de la mine.

Le perfide cyanure.
Outre l’utilisation d’énormes quantités d’eau, l’extraction de l’or pollue les eaux avec le cyanure, hautement toxique, nécessaire en énormes quantités pour l’étape de lixiviation*. Le cyanure est une menace pour la flore et la faune. En quantité aussi infime qu’un grain de riz, il peut tuer un être humain. Ce type de pollution existe dans tous les pays d’Amérique Centrale.
Les mines d’extraction de métaux et surtout les mines d’or sont considérées comme la principale source de pollution de l’eau aux Etats-Unis et dans les pays ayant une longue histoire dans cette industrie.

La mine crée-t-elle de l’emploi ?
Les entreprises minières argumentent que la mine génère de l’emploi pour les communautés locales. Cependant, selon les statistiques de l’Organisation Internationale du Travail des Nations Unies, l’industrie minière d’aujourd’hui génère seulement 0,09 % de l’emploi au niveau mondial. En outre, les emplois sont principalement pour des personnes venant de l’extérieur, ayant une formation technique  et de l’expérience dans  l’industrie minière.
L’extraction de l’or est hautement mécanisée et nécessite peu de main d’œuvre. Les emplois offerts aux personnes de la communauté sont les plus dangereux et les moins bien rémunérés.

( * Lixiviation : ou cyanuration : procédé de récupération des métaux précieux par dissolution sélective dans une solution de cyanure alcalin)

( DEUXIEME PARTIE)

Des mines à la vie brève.
Les mines d’aujourd’hui ont généralement une durée de vie assez brève : entre six et dix ans. Ainsi tout emploi fourni par la mine est de courte durée, mais ce temps sera suffisant pour qu’elle pollue le sol et l’eau, mettant en péril l’agriculture, la pêche, l’élevage et les autres formes traditionnelles de vie des communautés.  Le coût de la destruction environnementale et la menace sur la viabilité des communautés seront ainsi assumés par les pauvres, tandis que les entreprises minières empocheront les bénéfices.

Le développement durable, un mythe ?
Dans une étude bien connue sur la création de richesse pour les pays en voie de développement, des chercheurs du Centre pour le Développement International de l’Université de Harvard, l’une des plus prestigieuses universités du monde, ont conclu que « les pays aux ressources naturelles abondantes ont tendance à croitre à un rythme plus lent que les nations sans ressources  naturelles ».
Une autre étude du Département de Sciences Politiques de l’Université de Californie conclut que « dans les pays dépendants de l’exploitation minière, l’espérance de vie est plus courte, la mortalité infantile plus élevée, l’inégalité dans la distribution des richesses est plus grande, et il existe des niveaux plus élevés de corruption, d’inefficience gouvernementale, d’autoritarisme, de militarisation et de violence ».

Et les bénéfices pour le pays ?
La fréquente relation entre l’extraction de métaux et la pauvreté dans les pays en développement a amené de nombreux analystes à parler de « la malédiction des ressources  naturelles ». La raison de fond est que les coûts économiques, sociaux et écologiques  pour les pays en voie de développement sont bien plus élevés que les bénéfices. Des études sérieuses ont accumulé les chiffres, comparé et conclu que la valeur brute de la production de la mine Marlin, à San Miguel Ixtahuacan (Guatemala) revient pour 13,9 % au pays et pour 86,1 % à  l’entreprise minière. Ce projet minier n’est pas viable, ni socialement ni économiquement pour le pays.

Durant la dernière décennie, le Mali a accru son exportation d’or de 75 % et continue d’être  au 3e rang des pays les plus pauvres du monde. Au Pérou, dans la province de Cajamarca, existe la mine d’or la plus grande et la plus riche  des Amériques, Yanacocha. Pourtant, Cajamarca continue de faire partie, au Pérou, des provinces les plus pauvres et avec le plus de conflits. Au Nicaragua, Bonanza totalise plus d’un siècle d’exploitation de mine d’or et 40 % de la population vit dans une pauvreté absolue. Quant aux zones minières historiques des Etats-Unis,  (Kentucky, West Virginia, Tennessee) elles sont les régions où le développement socio-économique est le plus bas, et où dominent  pauvreté, chômage et dépendance des programmes d’aide gouvernementale.
En 2006, à Toronto, au Forum Mondial des Ministères sur l’exploitation minière, le représentant du secrétariat général des Nations Unies sur les Droits Humains a affirmé : « Le secteur extractif  ( pétrole, gaz et mines ) génère la majorité des dénonciations sur les pires abus des droits humains, incluant la complicité dans des crimes de lèse – humanité, ainsi qu’une large variété d’abus par rapport aux communautés locales, en particulier des peuples indigènes ».

Et le respect des droits humains ?
L’analyse des projets miniers les plus emblématiques de la région est édifiante :
La mine Marlin, déjà citée, a détruit des montagnes entières, pollué les rios et les eaux souterraines, généré des niveaux élevés de violence, en particulier envers les femmes. Et ceci sans avoir l’autorisation des communautés indigènes dont elle exploitait les ressources, (droit des indigènes garanti par l’accord 169  de l’OIT). La mine a détruit plus de 150 logements des communautés mayas par les vibrations de la terre causées par les explosions de dynamite et par l’équipement lourd utilisé dans ce projet.

Le projet Fénix à Izabal (Guatemala) a déplacé de force des communautés mayas des terrains où elles vivaient depuis des centaines d’années. Il est maintenant responsable de viols, tortures et assassinats de leaders mayas qui ont protesté contre la présence de cette mine sur leur territoire.
Au Honduras, la mine San Andrès, à La Union, a déplacé toute la communauté de San Andrès. La mine San Martin, dans la vallée de Siria, a pollué les rios de cette zone avec du cyanure, de l’arsenic, et des métaux lourds, fait confirmé par les études gouvernementales. Cette pollution a généré des maladies graves dans les communautés proches, surtout pour les enfants.
Au Salvador, le projet minier El Dorado, de Cabañas, a fait naître une ambiance de conflit et de violence dans les communautés de San Isidro, après l’assassinat de quatre militants anti-mines, dont une  femme enceinte de 8 mois.

Le droit fondamental des pays et communautés affectés par les projets miniers est celui de définir leur propre voie vers le développement et d’être consultés avant l’approbation de tout projet qui affecterait leurs formes traditionnelles de vie ou la viabilité territoriale. Ce droit est garanti par l »accord 169 de l’OIT, par la Déclaration des Peuples Indigènes des Nations Unies et par la Déclaration Interaméricaine des Droits des Peuples Indigènes de l’OEA (Organisation des Etats Américains). Cependant il n’existe aucun cas de consentement préalable, libre et informé des peuples pour l’exploitation des mines d’or. Trop fréquemment, les entreprises multinationales exercent plus de pouvoir de décision sur le destin des pays en développement que les gouvernements eux-mêmes : au Guatemala, plus de cinquante municipios ont prévu des consultations populaires avec la participation  de plus d’un million de personnes. Mais les entreprises minières continuent d’explorer les mines sans respecter la voix des citoyens.

Pire encore au Salvador : dans ce pays à la population très dense, en crise de l’eau et de l’environnement, décrit par les Nations Unies comme le « pays le plus détérioré des Amériques après Haïti, » les citoyens et le gouvernement se sont prononcés contre l’extraction de métaux. De nombreuses organisations se sont jointes au rejet du gouvernement : la Conférence Episcopale, Caritas, le Procureur des Droits Humains, l’université Centroaméricaine, l’ex-président Mauricio Funes, etc. Malgré toutes ces voix, l’entreprise canadienne Pacific Rim, insiste pour extraire l’or et l’argent dans ce département et réclame au gouvernement du Salvador  315 millions de dollars pour le simple fait d’avoir dit NON à la destruction environnementale, en refusant une exploitation minière.

Une autre entreprise canadienne a ouvert une mine d’or et argent au Guatemala, à quelques km de la frontière avec le Salvador, malgré le refus du Salvador et des citoyens des deux pays. Les analyses scientifiques de l’eau de cette mine révèlent un contenu élevé d’arsenic polluant le rio Ostuá qui se jette dans la lac Guija et le rio Lempa, principale source d’eau et d’énergie électrique du Salvador .

L’exploitation de l’or en Amérique Centrale continue de violer les droits les plus élémentaires des peuples et bloque la recherche des pays en voie de développement qui veulent trouver leur propre voie vers le progrès. La quête de l’or dans cette région détruit les moyens traditionnels de vie basés  sur l’agriculture, la pêche et l’élevage. Elle menace aussi des secteurs importants de l’économie nationale  comme le tourisme et l’agro-exportation. Elle viole les droits des indigènes et des femmes. Elle menace le tissu social de la région centroaméricaine  qui commence seulement à récupérer après des années de guerre civile et de polarisation politique.

Il n’existe pas de recherche minière sans pollution. L’or est un luxe. Plus de 80 % de l’or extrait aujourd’hui est employé en joaillerie. Le reste sert de  base aux investissements spéculatifs des riches de ce monde, qui se réfugient dans l’or face à la menace d’une économie instable. Sur le marché mondial aujourd’hui il y a suffisamment d’or disponible pour les besoins industriels. Les pays centro-américains qui disposent de ressources minières ont le droit  et l’obligation de faire leur propre évaluation des coûts et des bénéfices face à la nouvelle offensive des entreprises minières de la région.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *