Brèves (septembre 2014)

AMERIQUE LATINE-CARAIBES. Journée Internationale de l’alphabétisation.
Le rapport de l’UNESCO 2013 affirme qu’en Amérique Latine-Caraïbes, on n’atteindra pas en 2015 le but 4 des objectifs fixés par l’Education pour Tous : augmenter l’alphabétisation des adultes de 50 %. Certes il y a des avancées dans l’action des gouvernements mais la rhétorique prime sur l’action, le privilège de l’éducation formelle prédomine sur l’éducation citoyenne, sur la défense des droits humains, et sur une vision du développement raisonnable.
Il semble important que l’EJPA (Education pour les Jeunes et les Adultes) dialogue avec la riche tradition de l’Education Populaire d’Amérique Latine, dont la pédagogie vise à l’inclusion, à l’exercice des droits en promouvant l’appropriation de la parole, la communication, la capacité de transformation des acteurs sociaux et la transformation sociale. L’éducation devrait rechercher la démocratisation, la solidarité et la coopération.. Cette vision intégrale ne devrait pas séparer les processus politiques, économiques, sociaux, culturels et écologiques de l’action éducative.(Conseil d’Education Populaire d’Am. Lat-Caraïbe)
BRESIL. Le Cri des Exclus. (www.adital.org)
Le 7 septembre, alors qu’on célèbrait la Journée de l’Indépendance du Brésil, avait lieu également la 20ème édition du Cri des Exclus, manifestation populaire organisée par les mouvements sociaux et l’Eglise Catholique. Chaque année, l’objectif est défini par la Coordination Nationale du Cri. L’édition 2014 voulait combattre la criminalisation des mouvements sociaux. « Occuper les rues contre la répression, la violence de l’Etat, protester contre les détentions de dirigeants des mouvements sociaux, contre l’extermination des populations pauvres de la périphérie, les arbitraires de la police… »Les manifestations se réalisent dans les villes de tout le Brésil, le plus important étant d’occuper des espaces pour que cette date ne soit pas marquée uniquement par des défilés militaires, mais par les mobilisations populaires en défense de leurs droits.

ARGENTINE. Grands-Mères de la Place de Mai. (Noticias Aliadas)
Les Abuelas de la Plaza de Mayo ont annoncé le 22 août la récupération de la petite-fille n° 115. Il s’agit de Ana Libertad Baratti de la Cuadra, née en captivité le 16 juin 1977 et qui vit actuellement à l’étranger. Elle s’est soumise volontairement à l’examen ADN en avril et apprit qu’elle est la petite-fille de la fondatrice de l’association, Alicia, qui mourut en 2008 à 92 ans, et la fille de Hector Baratti et Elena de la Cuadra, assassinés par la dictature militaire qui gouverna l’Argentine de 1976 à 1983.
Le n° 114, Guido Montoya Carlotto, avait été retrouvé deux semaines plus tôt.

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *