Communiqué du MOLACNATS (décembre 2014)

Introduction. Il existe des mouvements d’enfants et d’adolescents travailleurs dans de nombreux pays d’Amérique Latine, d’Afrique, et d’Asie. Le premier s’est constitué au Pérou, en 1974. Depuis, les initiatives se sont multipliées, des rencontres de pays à pays et d’un continent à l’autre se sont organisées, accompagnées d’éducateurs et financées par des organisations humanitaires. Le MOLACNATS fédère tous les mouvements d’enfants travailleurs des pays d’Amérique Latine-Caraïbes.
Pour tous ces mouvements, l’objectif de l’OIT d »éradiquer le travail des enfants » manque de réalisme…

Movimiento Latinoamericano y del Caribe de Niñas,
Niños y Adolescentes Trabajadores

( Mouvement Latinoaméricain et Caribéen
des Enfants et Adolescents Travailleurs)

Le 9 décembre 1996, des représentants des mouvements d’enfants – filles et garçons – et d’Adolescents travailleurs d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine se sont rencontrés pour la première fois dans la ville de Kundapur (Inde) pour échanger leurs expériences et leurs propositions afin de faire valoir leurs droits. Dix ans plus tard, en octobre 2006, en célébrant la 3ème rencontre mondiale des NATS (Enfants et Ados Travailleurs) dans la ville de Sienne, (Italie) nous avons décidé de choisir le 9 décembre de chaque année comme date pour rappeler et réaffirmer la lutte de millions d’enfants et d’adolescents travailleurs du monde entier.

Depuis lors, chaque 9 décembre nous nous unissons en cette journée pour célébrer nos avancées, dénoncer les injustices qui continuent d’être commises contre l’enfance en général et en particulier contre l’enfance travailleuse; et nous réaffirmons notre engagement pour continuer de lutter pour notre dignité d’enfants et d’adolescents travailleurs organisés au niveau mondial.

Nous célébrons le renforcement de notre mouvement depuis les bases de chaque pays où nous sommes présents et les actions où nous sommes visibles. Cette année nous tenons à souligner la lutte et le triomphe obtenu par les enfants et adolescents travailleurs de Bolivie pour obtenir la reconnaissance du droit au travail dans des conditions dignes et dans le respect de la culture indigène garantie par l’article 61 de la Constitution de l’Etat Plurinational et le Code de l’Enfant et de l’Adolescent récemment approuvé.

En tant que membre du MOLACNATS nous continuons d’accompagner nos amis de Bolivie, à présent dans le processus de réglementation du Nouveau Code afin de générer les bases d’une politique intégrale de protection avec la participation active des sujets protagonistes des droits. Cette lutte est devenue la nôtre et nous disons en Amérique Latine : « Si la Bolivie a pu le faire, nous le pouvons aussi ! »

Nous dénonçons : les différentes formes de violences envers les garçons, les filles, et les adolescents, comme les mauvais traitements, les insultes, le manque de reconnaissance de l’enfance travailleuse organisée, les conditions d’exploitation que vivent des millions de NATS dans le monde et l’absence de respect du droit à la vie.

Nous tenons à dénoncer l’assassinat d’un adolescent travailleur du Mexique, dans l’Etat de Puebla, aux mains des forces de police. L’assassinat de José Luis Alberto Tehuatle Tamayo, 13 ans, n’est pas un fait isolé dans notre région d’Amérique Latine. Des centaines d’enfants et d’adolescents centroaméricains meurent à cause de l’indifférence, ou maltraités par les autorités, et par les difficiles conditions vécues en passant la frontière entre Mexique et Etats-Unis.

Nous dénonçons les cas de mauvais traitements policiers qui ont causé des morts en Argentine et la disparition de plusieurs garçons et filles dans ce pays frère, sans que les autorités décident d’enquêter et de donner des réponses à leurs familles. Nous dénonçons la mort d’adolescents paraguayens dans des centres éducatifs sous la tutelle de l’Etat, ainsi que le harcèlement et la persécution d’enfants et d’adolescents de familles paysannes dans ce pays frère.

Nous nous engageons à renforcer nos organisations de base avec dynamisme pour contacter davantage d’enfants travailleurs surtout dans les zones paysannes et indigènes de nos pays ; à continuer la lutte pour que nos droits soient respectés et que ceci ne reste pas lettre morte dans nos lois nationales et internationales ; nous nous engageons à organiser et célébrer notre 9ème Rencontre Latinoaméricaine du mois de mars 2015 à Asunción, Paraguay; comme espace de réflexion et d’action transformatrice pour que le MOLACNAT’s soit un mouvement social reconnu comme référence de lutte pour tous les enfants et adolescents travailleurs d’Amérique Latine.

Vive les filles, les garçons et les adolescents travailleurs du Monde !

Justice pour José Luis Tehuatle !

Joyeux Noël sans enfants maltraités, sans assassinats ni disparitions!

MOLACNATS le 9 décembre 2014.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *