Brèves (juin et juillet 2015) : Mexique, Brésil, El Salvador…

MEXIQUE: Ayotzinapa, la mémoire et la lutte (Telesur)

« Aujourd’hui il est bien clair que l’un des fronts de bataille les plus durs et injustes est la lutte contre tous les stratagèmes que la bourgeoisie invente pour nous noyer dans l’oubli. Jamais autant qu’aujourd’hui la bourgeoisie mexicaine  n’a ressenti d’urgence aussi cruciale pour endormir dans l’oubli les horizons de l’histoire récente. Une urgence désespérée pour effacer – à tout prix – les faits et les paroles qui enflamment la conscience depuis le fond de nous-mêmes. Ayotzinapa, la mémoire et la lutte : jamais comme à présent ne se déploya une guerre d’extermination contre la réalité, spécialement contre les 43 d’Ayotzinapa et contre leurs parents, contre tous les étudiants normaliens…, contre un Mexique ensanglanté, humilié et sur pied de lutte. Ils usent de toutes sortes d’arguments pour nous laver le cerveau, pour anesthésier les souvenirs des faits en nous étourdissant avec du foot, des javas délirantes, des scandales de corruption, des adultères, des trahisons, et des  comédies électorales. Ils veulent que nous oubliions tout, abattus par l’oubli qui est une arme idéologique de la classe dominante pour effacer de nos mémoires et de nos cœurs la colère, la douleur et la conscience… » (des parents de Normaliens disparus)

 

BRESIL : Le mouvement des Sans Terre ( MST) élimine l’analphabétisme avec « Yo, sí puedo » (Adital)

« En finir avec l’analphabétisme est le premier pas pour libérer les travailleurs du carcan de ce système d’inégalités », déclare le collectif d’Education du MST. 180 travailleurs ont participé au projet d’alphabétisation pour jeunes et adultes. Les séances ont débuté le 10 janvier 2014 et se sont terminées en avril 2015. Ce projet a réduit à zéro l’analphabétisme dans six « asentamientos » de l’Etat de Bahía. Les « étudiants » étaient répartis en 17 groupes, chacun avec un éducateur. Quatre coordinateurs pédagogiques construisaient collectivement avec les étudiants et les éducateurs les thèmes qui orienteraient la discussion dans la salle de classe. Ils avaient adopté comme thème : « Oui,  je peux lire et écrire. C’est une conquête du MST ».

 

EL SALVADOR : Mgr Romero enfin béatifié (Adital, Telesur)

On nous annonce la béatification de Mgr Romero. Dès le lendemain de sa mort en mars 1980, des voix dans toute l’Eglise l’avaient réclamée. En vain.… Oscar Arnulfo Romero avait choisi « l’option préférentielle pour les pauvres ». Au début, proche de l’Opus Dei, il s’en détourna après l’assassinat de son ami Rutilio Grande par les escadrons de la mort et changea en accompagnant les pauvres dont il avait la charge. Il fut assassiné le 24 mars alors qu’il célébrait l’office. Il venait d’inciter les militaires à désobéir à la répression qui s’attaquait à la population civile. Aujourd’hui, alors que l’Eglise décide enfin sa béatification, le maire de San Salvador, du parti Arena (extrême droite) décide de donner à une rue de la capitale le nom de Roberto d’Aubuisson, fondateur d’Arena et auteur intellectuel de  l’assassinat de Romero…

Les cinq organisations les plus dangereuses du monde (APPS) :

Séquestres, extorsions, trafic de drogues et traite de personnes figurent parmi les activités qui rapportent le plus à ces bandes de délinquants.

1. Yamaguchi Gumi : la mieux organisée du monde et la plus riche (80 mille millions de dollars). Formée au Japon. Se consacre surtout au trafic de drogues, au jeu et à l’extorsion.

2. Solntesevskaya Brayva : russe. Comprend neuf mille membres. Trafic de drogues et traite de personnes.

3. Camorra : italienne. Exploitation sexuelle, trafic d’armes, drogues, falsifications, jeu, usure et extorsion.

4. ‘Ndrangheta : italienne. Mêmes activités que la Camorra mais agit avec des relations internationales : trafiquants de cocaïne sud-américains et contrôle une grande partie du marché transatlantique de la drogue qui arrive en Europe.

5. Cártel de Sinaloa : principale organisation criminelle du Mexique. Se consacre à effrayer la population mexicaine. Ressources provenant d’activités délictueuses comme le narcotrafic. Opère avec des producteurs des Etats-Unis et de certains pays sud-américains.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *