ARGENTINE. Le glyphosate, encore !

Depuis plus de dix ans, l’Argentine subit des fumigations de produits chimiques dangereux pour la santé : des organismes compétents ont constaté une augmentation des cas de problèmes respiratoires, de malformations du foetus, de problèmes neurologiques, de cancers, etc.

La Fédération Syndicale des professions de la Santé , qui regroupe 30 000 professionnels, exige du gouvernement la prohibition du glyphosate, herbicide déjà interdit dans plusieurs pays. Ce pesticide créé par Monsanto à la fin des années 60 est utilisé sur 28 millions d’hectares en Argentine.  Les cultures transgéniques occupent 72 % du territoire cultivable du pays. Ce glyphosate est utilisé sur les cultures de soja, coton, riz, fruits, légumes, arachides, maïs, pommes de terre…

Le Réseau national d’Action Ecologiste d’Argentine (RENACE) vient d’assister aux journées de « bonne pratique de l’application des produits phytosanitaires » organisées à Mar del Plata par le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. On y débattait des produits toxiques et des populations affectées, sans la présence d’aucun représentant de la santé mais avec les entités commerciales concernées : Monsanto, Bayer, Syngenta… Leur lobby est très fort. En résumé, il propose des restrictions de dosage et d’éloignement dans l’application des produits, à partir de leur certitude : « c’est la dose qui fait le poison ».… L’ensemble des propos tenus révèle une grande ignorance, voulue ou non. (Rebelion)

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *