MEXIQUE : Monsanto ne pourra pas produire de soja transgénique !

(Noticias Aliadas, 13/11/2015, trad. B. Fieux)

La Cour Suprême invalide l’autorisation accordée par l’Exécutif pour cultiver du soja génétiquement modifié dans le Campeche et le Yucatan.

Les communautés indigènes mayas des Etats du Campeche et du Yucatan (sud-est du pays) ont célébré la décision de la Cour Suprême de Justice (CSJ) de suspendre provisoirement les autorisations accordées à la transnationale Monsanto pour cultiver du soja transgénique. Le tribunal argumenta que lorsqu’on avait donné l’autorisation – durant le gouvernement de Felipe Calderón – (2006-2012), le Secrétariat de l’Agriculture, de l’Elevage, du Développement Rural, de la Pêche et de l’Alimentation (SAGARPA) n’avait pas tenu compte que les communautés indigènes avaient un droit de consultation établi par la Constitution mexicaine.

La seconde salle de la SCJ ordonna que l’on réalise une consultation des communautés mayas affectées, bien  que la sentence publiée le 4 novembre ne prenne pas en compte les dommages causés à l’environnement  par la production de soja transgénique.

« Nous avons gagné! » clama Gustavo Huchin sur les réseaux sociaux, apiculteur maya de Holpéchen, dans le Campeche. Il avait lancé une campagne dans le municipio de Hopelchén, (Campeche) à travers Change, plateforme de pétitions sur internet.

« La Cour Suprême a décidé que les communautés mayas avaient raison de faire valoir les autorisations que le gouvernement fédéral avait données à Monsanto pour semer du soja transgénique. Cela signifie que Monsanto ne pourra pas semer du soja transgénique dans la péninsule du Yucatan et que la seule façon d’octroyer ces autorisations serait de faire une consultation préalable auprès de nous, comme membres d’une communauté qui pourrait se voir affectée », dit Gustavo.

Miel bio en péril.
Plus de 25 000 familles indigènes qui se consacrent à l’apiculture bio ont été affectées par les cultures transgéniques de Monsanto qui dépassent les 25 000 ha dans le sud-est du pays. En 2011, l’Union Européenne a interrompu l’importation de ce produit  en trouvant des traces de pollen génétiquement modifié, ce qui détermina les agriculteurs à présenter des recours demandant l’interdiction de semence transgénique.

Selon Gustavo, « semer du soja transgénique affecte l’apiculture, une pratique historique et traditionnelle du peuple maya, et viole le droit à un environnement sain à cause de l’usage intensif de pesticides et de la déforestation. Actuellement, il y a déjà des milliers d’hectares déboisés pour mettre en place cette culture. Et notre forêt est la dernière du  pays ! »

Diverses études ont prouvé que le soja transgénique affecte la production de miel en modifiant sa saveur et sa qualité. « Cette année nous avons été témoins que les producteurs de soja, en majorité de grands entrepreneurs agricoles étrangers à  la région, ont augmenté les fumigations de pesticides par avionnettes mettant ainsi en risque la santé de la population et celle des abeilles qui sont notre principal source de revenu », précise Gustavo.

Le Mexique est le 6e producteur mondial de miel et le 3e exportateur après l’Argentine et la Chine, fournissant 10% des 300 000 tonnes commercialisées chaque année au niveau mondial. 90% de la production mexicaine sont destinés à l’Europe.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *