CUBA – Les femmes à Cuba : la révolution émancipatrice

(D’après le texte de Salim Lamrani, publié par Rebelion – Trad. B. Fieux)

La santé et le bien-être de la femme cubaine ont été érigés en priorités nationales. L’espérance de vie des femmes est de 80 ans, – deux ans de plus que les hommes – et comparable à celle des nations plus développées. Le taux de mortalité infantile est de 4,6 pour mille, le plus bas du continent américain – Canada et Etats-Unis inclus- et du Tiers-Monde. Le taux de mortalité maternelle est de 0,02 %, le plus bas d’Amérique Latine et du Tiers-Monde. Le nombre moyen d’enfants par femme est de 1,69, – le plus bas d’Amérique Latine -, ce qui pose un problème de renouvellement générationnel .

L’article 59 du Code du Travail protège efficacement les mères cubaines. Il stipule que « l’employeur  doit créer et maintenir des conditions de travail pour la femme, en considérant sa participation au processus de travail et sa fonction sociale comme mère ». Ainsi les mères ont la possibilité de s’occuper totalement du nouveau-né et percevoir en même temps leur salaire intégral un mois et demi avant l’accouchement et trois mois après la naissance. Le congé maternel peut durer jusqu’à un an avec une rémunération équivalant à 60 % de son salaire. Au bout d’un an, elle reprend automatiquement son poste de travail. Par ailleurs, le droit du travail cubain permet à la femme de prendre sa retraite à 60 ans ou après avoir cotisé durant 30 ans.

Les femmes représentent environ 60 % des étudiants du pays et plus de 65 % d’entre elles sont diplômées de l’enseignement supérieur. Dans le domaine professionnel, depuis 1980 les femmes disposent en moyenne d’un niveau de formation supérieur à celui des hommes. Les femmes représentent 44,5 % des 5,5 millions d’habitants qui composent la population active du pays. Elles constituent 66,4 % des techniciens et professionnels du pays  de niveau moyen ou supérieur (enseignants, médecins, ingénieurs, etc.) et 66 % des fonctionnaires civils.

La législation impose que pour le même travail, le salaire de la femme soit exactement le même que celui de l’homme. A Cuba les femmes occupent 46 % des charges de direction dans le secteur économique (A titre de comparaison, en France sur les 40 sociétés du CAC 40, 5 seulement sont dirigées par des femmes.). Elles sont 66% des membres de l’inspection des finances et du Tribunal Suprême, et 78% des fonctionnaires du ministère public.

Les femmes cubaines sont bien intégrées dans  la vie politique : 41,9 % des membres du Conseil d’Etat,  48,66 % des membres du Parlement  (En France, le taux de femmes parlementaires  – Assemblée Nationale et Sénat – est de 26%…)

C’est une femme, Josefina Vida, directrice du Département d’Etat des Etats-Unis dans le MINREX (ministère des Relations Extérieures), qui est chargée des négociations avec Washington  dans le processus historique  de normalisation des relations bilatérales annoncées par les présidents Obama et Raùl Castro.

A Cuba la pratique du sport est considérée comme indispensable au développement physique et intellectuel des citoyens, qui ont  l’accès gratuit à toutes les installations et infrastructures du pays. L’Institut National des Sports  élabore tout un éventail de programmes pour toutes les catégories de la population et toutes les générations. Les résultats sont brillants. En Amérique Latine, Cuba est le pays qui remporte le plus de médailles olympiques féminines ( 49 titres).

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *