BRESIL – Un « coup d’Etat moral » aux putschistes brésiliens.

(Patricio Montesinos, publié par Rebelion – 03/05/2016 – Trad.B. Fieux)

Dans son intervention de jeudi dernier devant le Sénat du Géant Sudaméricain, le Prix Nobel de la Paix Adolfo Pérez Esquivel ne prononça que quelques paroles, mais suffisantes pour infliger aux putchistes brésiliens un coup d’Etat moral…

Le défenseur des Droits de l’Homme et de l’auto-détermination des peuples de la Patria Grande a donné une leçon magistrale de décence et de conduite à ceux qui représentent les citoyens du Brésil dans la Chambre Haute de cette nation.

Calmement et sans élever la voix, – contrairement aux sénateurs et congressistes de droite pour tenter de renverser par la force la présidente Dilma Rousseff, Pérez Esquivel se référa au respect que l’on doit avoir pour les Constitutions, et au droit des peuples de vivre dans de véritables démocraties. Il dit clairement à ses interlocuteurs que ce qui se trame contre Dilma est un coup d’Etat d’une méthodologie nouvelle, similaire à ceux déjà réalisés au Honduras et au Paraguay.

Face au tapage et à  la virulence de certains sénateurs, le Prix Nobel argentin fit remarquer qu’il s’était rendu au Brésil pour exprimer la solidarité de nombreuses personnes de ce monde, intéressées par la situation  des habitants du plus grand et plus puissant Etat latinoaméricain.

Il souligna qu’au-delà des intérêts partisans, il y avait ceux de tous les Brésiliens et de tous les peuples de la Patria Grande, qui seraient à coup sûr en péril si la prétention de renverser Dilma par un « jugement politique » sans fondement venait à se réaliser.

Pérez Esquivel se réunit en outre avec la Chef d’Etat du Géant Sudaméricain, à laquelle il transmit un message d’appui et de solidarité  du Pape François, « très attentif à la situation qu’elle affronte », précisa dans une interview le prestigieux intellectuel argentin. Il fit de même avec le quotidien Pagina 12 de son pays, qui voit en Dilma une personne forte, qui luttera pour la démocratie et qui est bien décidée à se battre parce qu’elle sait que ce qu’on intente contre elle est injuste.

Le Prix Nobel de la Paix a assuré qu’il n’existe aucune imputation contre la Présidente, et que ceux qui l’accusent sont dans bien des cas inculpés eux-mêmes.

Espérons donc que les sénateurs brésiliens prennent en compte la brève mais magistrale leçon que leur a octroyée un digne représentant de notre Amérique, et qu’ils se rétractent dans leur intention de s’en prendre à Dilma, ce qui mettrait leur pays dans un chaos qui bénéficierait aux  intérêts de puissances étrangères, principalement des Etats-Unis.

Par ailleurs, les congressistes qui ont tant mentionné Dieu dans leurs votes  pour mettre en œuvre le « jugement politique » de la présidente du Brésil, devraient prendre en compte le message solidaire à Dilma Rousseff du Pape François qui représente bien le tout-puissant sur notre terre, non?

La majorité des Brésiliens est déjà mobilisée dans les rues pour empêcher que se matérialise un nouveau plan encouragé par Washington et qui, avec la complicité de la droite corrompue, a pour objectif de contrer  l’intégration et la seconde indépendance de la Patria Grande.

A lire aussi sur le sujet :

BRESIL – Dilma, Lula et le PT dans les cordes…

Les actions contre Lula sont un plan de déstabilisation de la démocratie

Lula au gouvernement de Dilma Rousseff ?

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *