Brèves – Septembre 2016

NICARAGUA – Élections présidentielles
La Coalition Nationale pour la Démocratie (CND), principal bloc d’opposants, a annoncé le 16 juin dernier qu’elle se retirait des élections programmées pour le 6 novembre. Constituée de huit partis, dont le MRS (Mouvement de Rénovation Sandiniste), le PLI (Parti Libéral Indépendant), et la RN (Résistance Nicaraguayenne), la CND a décidé de ne pas participer aux élections après que la Cour Suprême ait retiré au PLI sa représentation légale. Le retrait de la CND laisse le champ libre à Daniel Ortega,  à la tête du Front Sandiniste de libération Nationale, pour une 3ème réélection consécutive. Ortega ayant interdit la présence d’observateurs électoraux, l’Eglise Catholique exhorte le Président à des élections libres, transparentes, plurielles, avec observation locale et étrangère, et déplore la tentative de mettre en place « un régime de parti unique ».

AMERIQUE LATINE – Défense de l’environnement
2015 fut la pire année pour ceux qui défendent la terre et l’environnement. Selon l’organisation Global Witness, on a enregistré cette année-là dans le monde 185 assassinats de défenseurs de l’environnement, dont 122 en Amérique Latine : 50 au Brésil, 26 en Colombie, 12 au Pérou et au Nicaragua, 10 au Guatemala, 8 au Honduras et 4 au Mexique. Dans son dernier rapport, Global Witness révèle que 40 % de ces victimes appartenaient à des groupes indigènes. Les principales causes de ces assassinats sont : l’opposition à  l’industrie minière, à l’agro-industrie, à l’abattage illégal des forêts, et aux projets hydro-électriques.

« FEMINICIDIOS » – « Le féminicide est l’assassinat d’une femme par un homme qui la considère comme sa propriété ».
Les féminicides ont augmenté en Amérique Latine et le plus  grave est que 98 % des cas restent impunis. Les taux les plus élevés de ces assassinats concernent 25 pays du monde dont 14 en Amérique Latine.
En Argentine, on commet un féminicide toutes les 30 heures. Au cours des 12 derniers mois, 277 femmes ont été assassinées soit par balle, soit à coups de poings.
En Colombie, tous les trois jours, un « feminicidio » est commis et l’impunité dépasse 90 %. Au Salvador, 14 femmes sur cent mille sont tuées pour des motifs de genre et 11 pour cent mille au Honduras. Du 1er janvier au 5 février 2016, 53 femmes ont été assassinées et sur tous ces cas, seulement 19% ont été reconnus comme féminicides, et 2% ont donné lieu à une condamnation… Quant au Mexique, l’Observatoire Citoyen National du Féminicide révèle que chaque jour six femmes sont assassinées pour des raisons liées à leur genre. Entre 2012 et 2013, plus de 3800 femmes sont mortes ainsi. Sur ces cas, 613 seulement ont fait l’objet d’une enquête et 1,6 % ont donné lieu à une sentence…

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *