CUBA – Enfin !

(Patricio Montesinos, dans Rebelion – 13/12/16 – Trad.B.Fieux)

Avec la signature de l’Accord de Dialogue Politique et de Coopération entre l’Union Européenne et Cuba, prend fin ce lundi la trop fameuse « Position Commune » que Bruxelles a imposée en 1996 à  la nation caribéenne sur les instructions des Etats-Unis.

Deux décennies ont été nécessaires pour que l’Union Européenne en finisse avec cette conduite injuste, dépendante de Washington, appliquée à la grande île des Antilles pour le seul fait qu’elle défendait sa Révolution et son indépendance.

C’est en 1996 que l’ex-président du gouvernement espagnol José María Aznar proposa à Bruxelles, sur les ordres expresses de l’ex-mandataire nord-américain George W. Bush, que le vieux continent impose des sanctions à Cuba par l’unique  « Position Commune » adoptée par le Groupe des 28 à un Etat souverain.

Aznar, employé du Pentagone et adversaire acharné des Cubains, favorisa ainsi la participation de l’Union Européenne à la politique d’isolement que les Etats Unis prétendaient matérialiser contre le peuple cubain, s’ajoutant à la guerre économique, commerciale et financière, criminelle … et toujours intacte.

L’accord souscrit le 12 décembre à Bruxelles par les chefs de la diplomatie cubaine, Bruno Rodriguez et de l’Union Européenne, Federica Mogherini, met ainsi fin à une étape obscure des relations entre le bloc communautaire européen et La Havane, et ouvre un nouveau chapitre mutuellement bénéfique pour les deux parties.

Les experts constatent que le pacte réalisé par Cuba et l’Union Européenne est un triomphe de la diplomatie et de la paix, et une défaite pour ceux qui, comme Aznar et Bush, continuent d’inciter à l’affrontement et aux guerres dans le monde.

Le chancelier cubain a déclaré qu’il est indispensable aujourd’hui de se consacrer à la défense de la paix, et qu’il est « urgent de construire un monde démocratique et multipolaire pour sauver l’humanité ». Il a rappelé les paroles du président Raúl Castro, disant que « Cuba est ouverte à la construction d’une nouvelle étape dans les relations avec l’Union Européenne, sur les bases du respect et de la réciprocité ».

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *