BRÈVES – Avril 2017

COLOMBIE – Mocoa (El Espectador y Radio Contagio, 04/04/17 )

Dans le bassin du río Putumayo, les pluies abondantes ont causé une tragédie à Mocoa le 1er avril. Trois ríos ont débordé, déclenchant une énorme avalanche de boue et causant la mort de 290 personnes. Pourtant, dans le barrio El Carmen, les habitants ont eu la vie sauve grâce à l’épais rideau d’arbres qui a arrêté la boue et préservé leurs maisons. Ce jour-là les habitants se sont félicités de ne pas avoir participé à la déforestation si fréquente dans cette région.

Car le département du Putumayo a un indice élevé de déforestation: plus de neuf mille hectares se sont convertis en pâturages, en zones destinées à l’élevage extensif ou aux cultures illicites. La tragédie de Mocoa ne peut être considérée comme un désastre purement naturel : la nature du sol est aussi favorable aux glissements de terrain :quand on ôte la couverture végétale, la terre, qui est constituée en grande partie de cendres volcaniques, s’imprègne d’humidité et avec la pluie abondante la catastrophe survient. Selon l’organisation Justice et Paix, la calamité qui se produit aujourd’hui dans le département de Putumayo est le produit du manque de prévision des risques et de planification territoriale.

 

CHILI

Depuis le 9 mars, les femmes militaires pourront accéder au titre de général de brigade, le plus haut grade de l’armée, en accord avec une loi promulguée par la présidente Michelle Bachelet. Jusqu’à présent les femmes ne  pouvaient accéder qu’au grade de colonel. Cette annonce, organisée par le Ministère de la Défense, établit la parité entre hommes et femmes. De plus, la Force Aérienne incorporera désormais des femmes pour qu’elles accomplissent leur service militaire (Rebelión)

 

BOLIVIE

Un projet de loi est en débat à l’Assemblée Législative de Bolivie dans le but de dépénaliser l’avortement dans 9 cas, incluant ceux déjà reconnus par la législation, comme le risque pour la vie ou la santé de la mère , le risque de malformations du bébé, ou  le fait que la naissance soit le produit d’un viol ou d’un inceste.

L’initiative, présentée par le MAS ( Mouvement pour le Socialisme, parti du gouvernement), autorise l’avortement au cours des 8 premières semaines de grossesse, quand la mère se trouve en situation de pauvreté extrême, ou quand elle a déjà au moins 3 enfants, ou qu’elle est une fillette ou une adolescente. Le personnel du système national de santé ne pourra pas alléguer l’objection de conscience pour refuser l’interruption de grossesse dans ces cas, et sera obligé de garder le secret professionnel.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *