HONDURAS – Grave crise des Droits Humains

(Rel-UITA, 09/05/2017)

Durant une conférence de presse et devant une assistance nombreuse, à Tegucigalpa, la 6ème Mission de la Fédération Syndicale Rel-UITA a mis en évidence la grave crise des Droits Humains, incluant les droits au travail, crise qui atteint gravement la population encore sous le choc du coup d’Etat de 2009.

Le Secrétaire régional de la UITA, Gerardo Iglesias,  a déclaré : « Le problème de la terre va en s’aggravant ; le harcèlement systématique et la répression augmentent contre ceux qui défendent les droits humains  et les biens communs, contre les peuples indigènes et noirs, les femmes, la communauté LGBTI… Le gouvernement hondurien continue de précariser et de flexibiliser le marché du travail, en réduisant la liberté d’expression, en criminalisant les paysans… Tout cela dans l’impunité totale. »

L’impunité continue d’être le combustible d’une machinerie de terreur. Elle dirige ses armes contre tous ceux qui refusent de se résigner et qui luttent contre la faim, la dégradation écologique, la pauvreté, le manque d’emplois  et les emplois-poubelles, tout ce qui ne permet pas aux gens de sortir du circuit tenace de la misère et du désespoir.

Du 2 au 8 mai, la Mission s’est réunie, entre autres, avec le Comité des Familles de Détenus et Disparus du Honduras (COFADEH), l’Union des Syndicats de Travailleurs des Aliments et Boissons du Honduras (USTBAH), le Réseau des Syndicats de la Maquila, la plateforme agraire régionale de l’Aguán, le MUCA, l’Organisation Fraternelle Noire Hondurienne, (OFRANEH),  l’Association pour une vie meilleure des Personnes affectées par le sida au Honduras (APUVIMEH) et le collectif LGBTI.

La Mission s’est également rendue à La Esperanza pour entendre la famille de la militante sociale Berta Cáceres, et des représentants du Conseil Civique des Organisations Populaires et Indigènes du Honduras (COPINH), pour savoir quelles sont leurs demandes devant tant d’impunité, 14 mois après le brutal assassinat de Berta.

« Il est urgent et nécessaire d’ôter le voile du secrétisme et de l’impunité qui entoure le cas de l’assassinat de Berta Cáceres, qui avait dénoncé opportunément aux autorités publiques compétentes que sa vie était en danger, et ils n’ont rien fait, faisant de ce cas une mort annoncée », déclara le secrétaire régional de la UITA.

« Nous sommes préoccupés par ce qui se passe dans  le sud du pays, où la transnationale irlandaise FYFFES a refusé à des centaines de travailleurs des plantations de melons le droit constitutionnel mentionné dans les accords internationaux et ratifié par le Honduras, de s’organiser en syndicat. Une situation déjà difficile et qui s’est encore aggravée après l’attentat du 13 avril dernier contre les frères Moisés et Misael, tous deux membres du syndicat. »

« En raison de cette grave situation de violation des droits, le 4 mai dernier la transnationale FYFFES a été exclue de l’organisation ETI (sigle anglais pour Initiative de Commerce Ethique), dont le siège est à Londres, Angleterre. »

« Du Honduras au niveau international, on ne parle plus, car les autorités veulent faire croire qu’ici tout va bien, que le niveau de violence a baissé, que l’emploi augmente, que le pays s’améliore et que les problèmes sont surmontés. C’est pourquoi il est important que cette nouvelle Mission de la UITA ait pu connaitre la réalité  que nous vivons ici chaque jour, « dit Carlos Reyes, membre du Comité Exécutif Mondial de la UITA.

La Mission s’est engagée à réaliser un rapport exhaustif et à le faire connaitre à l’opinion publique internationale lors de la 106e Conférence Internationale de l’Organisation Internationale du Travail ( OIT), en juin prochain, comme au 27e Congrès Mondial de la UITA qui se tiendra en août àGenève.

« La Mission se retire demain (9 mai) mais nos organisations affiliées et amies restent ici. Elles font partie de notre famille. Nous voulons contribuer à la vérité et à la démocratie, pour que dans ce pays ceux qui défendent les droits humains, les biens communs et la terre, le travail digne et la liberté de s’organiser syndicalement, ne continuent pas à être persécutés comme des terroristes, en totale impunité », conclut Gerardo Iglesias.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *