L’ARGENTINE et les MAPUCHES – La guerre du président Macri contre le peuple Mapuche.

« C’est la nouvelle Campagne du Désert, pas avec l’épée, mais avec l’éducation », a dit Esteban Bullrich, alors ministre de l’Education et des Sports, en inaugurant un hôpital-école en septembre de l’an dernier. Au-delà de la brutalité des paroles de l’actuel candidat au Sénat, – en compétition avec Cristina Fernández, dans la province de Buenos Aires – , la phrase révèle ce que pensent ceux d’en haut des peuples originaires.

La « Campagne » ou Conquête du Désert fut un génocide perpétré par l’Etat argentin entre 1878 et 1885, quand elle arracha de grandes extensions de territoires aux peuples Mapuche, Ranquel et Tehuelche. Les indigènes chassés par les forces armées commandées par Julio Argentino Roca furent déportés de force dans des camps de concentration, exhibés dans des musées ou déplacés pour servir de main-d’œuvre forcée.

L’objectif de fond, celui qui ne peut pas s’exprimer en public mais qui est la force motrice obscure des actions, fut l’expropriation de leurs territoires pour incorporer des terres au marché et étendre la République en zones qui, alors et maintenant, sont considérées comme du désert, parce que ce sont des espaces peu fertiles pour l’accumulation du capital.

Les Bullrich (le candidat macriste et sa tante Patricia, actuelle ministre de la Santé) font partie d’une famille distinguée de l’oligarchie argentine qui a joué un rôle direct dans la Campagne du Désert.

L’historien Osvaldo Bayer a montré, en se basant sur des documents de la Société Rurale, qu’entre 1876 et 1903, presque 42 millions d’hectares furent octroyés à 1800 familles et chefs d’entreprises amis du président Roca. Certaines familles, comme celle de l’ex-ministre de l’Economie de la dernière dictature, Martinez de Hoz, obtinrent gratuitement 2,5 millions d’hectares.

Selon une information de la BBC, une bonne partie de ces terres appartiennent actuellement à Benetton, qui possède presque un million d’hectares, ce qui en fait l’un des principaux propriétaires de la Patagonie, en conflit permanent avec les communautés mapuches, puisque la multinationale occupe une partie de leurs territoires ancestraux.

L’extractivisme est la suite de la Campagne du Désert. Selon le journaliste Darío Aranda, des 40 projets miniers à l’étude en 2003, on passa à 800 projets en 2015. Des 12 millions d’hectares de soja transgénique on passa à 22 millions au cours de la même période. Amnesty International comptabilisa 250 cas de conflits, parmi lesquels on détectait un point commun : à l’arrière plan se trouvaient toujours des entreprises ( agropastorales, pétrolières et minières ) qui agissaient, par action ou par omission, en complicité avec les gouvernements.

Les médias font un travail malhonnête en liant les Mapuches aux FARC, à des groupes kurdes et à ETA, sans preuve aucune, en s’appuyant seulement sur les déclarations du gouverneur de Chubut, au service de l’avancée de la frontière extractive. La Ministre de la Sécurité, Bullrich, fit un pas de plus en signalant que les Mapuches sont un problème pour la sécurité nationale et en les accusant de terroristes, en assurant qu’ils fomentaient un projet sécessioniste.

« Nous n’allons pas permettre une république autonome et mapuche au milieu de l’Argentine » : c’est la logique qu’ils cultivent, la méconnaissance de l’Etat argentin, la logique anarchiste, disent ceux qui, dans les années 70, militaient autour de l’organisation armée Montoneros.

Derrière tout ce bavardage il y a une réalité qui, elle, est réellement dérangeante : au cours des 15 dernières années, après avoir épuisé les instances administratives et judiciaires, le peuple mapuche récupéra 250 mille hectares qui étaient aux mains de grands propriétaires terriens, assure Aranda. Autrement dit, malgré la répression, la criminalisation et la diffamation, les Mapuches étaient gagnants.

Le conflit de l’Etat avec la communauté mapuche Pu Lof en Résistance, dans la localité de Cushamen, province de Chubut, s’intensifia en 2015 en raison de la répression et criminalisation de ses leaders. Le lonko Facundo Jones Huala, autorité mapuche de la communauté, fut détenu le 28 juin de cette année, – jour où se réunissaient les présidents Mauricio Macri et Michelle Bachelet -, et accusé par les gouvernements de terrorisme , d’incendies, de vols, de menaces, y compris d’avoir déclaré la guerre au Chili et à l’Argentine.

Le premier août des effectifs de la Gendarmerie Nationale détruisirent et incendièrent les installations de la communauté. Au cours de la répression le militant solidaire Santiago Maldonado disparut, quand il ne put traverser un río avec ses compagnons poursuivis par les policiers. Jusqu’à présent on ne sait rien de lui, le gouvernement refuse de répondre tandis que redoublent les marches et manifestations exigeant sa réapparition en vie.

Il y a trois faits qui désespèrent ceux d’en haut et expliquent la brutalité répressive :

Un, le peuple mapuche continue d’exister, ne se rend pas et récupère des terres, ce qui est la base de sa reconstruction comme nation.

Deux, la campagne nationale et internationale ainsi que son appui : une centaine d’organisations de peuples originaires, Amnesty International, le Service Paix et Justice et l’Assemblée Permanente des Droits Humains, ont émis un communiqué intitulé « La lutte indigène n’est pas un délit », dans lequel ils disent que l’Etat privilégie les intérêts des pétrolières et criminalise le peuple mapuche.

Trois, que les Mapuches ont construit les organisations les plus diverses, dont la Résistance Ancestrale Mapuche (RAM) dans le but de récupérer des terres. Daniel Loncon, membre de la Catedra Libre de Pueblos Originarios, a dit que parmi les Mapuches certains préfèrent la voie diplomatique, mais aussi nous avons été témoins de nos ancêtres qui sont morts allant de bureau en bureau pour obtenir la légitimation de leurs terres. Le RAM est une expression du peuple mapuche fatigué de cette injustice historique, mais conscient du lieu où se situe la puissance économique qui manie tout cela. Parce que la récupération ne se fait pas par rapport à un voisin, mais à une multinationale !

Article de Raúl Zibechi, écrit dans le quotidien mexicain La Jornada du 19/08/17. Traduction B. Fieux.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *