MEXIQUE – Elections présidentielles (02/07/2018)

Andres Manuel López Obrador (A.M.L.O) a gagné avec une large avance les présidentielles célébrées le 2 juillet au Mexique. Le dispositif de comptage rapide de l’autorité électorale lui reconnait 53% des votes et un avantage de plus de 20 points pour cent sur le second candidat.

López Obrador s’est présenté comme le candidat antisystème et a réussi à prendre una avance considérable sur son rival Ricardo Anaya, encouragé par une équipe de de droite etgauche (PAN, PRD et Mouvement Citoyen) et à José Antonio Meade, du PRI, jusqu’ici au pouvoir, et qui apparait à une lointaine troisième place.

« L’information des résultats dont je dispose m’indique que la tendance favorise Andrès Manuel Lopez Obrador. Il y a quelques minutes je lui ai parlé au téléphone, je reconnais son triomphe et lui exprime mes félicitations et lui souhaite le succès pour le bien du Mexique », dit Anaya depuis son lieu de campagne.

López Obrador, 64 ans, a su capitaliser le ras-le-bol du Mexique pour la violence brutale et la corruption rampante, après le gouvernement de Enrique Peña Nieto du PRI.

Outre l’élection présidentielle, les 89 millions de Mexicains étaient convoqués pour élire gouverneurs, maires, sénateurs et députés locaux et fédéraux, ce qui représente 18 mille postes en attente. C’est la première fois que seront élues autant de charges dans un seul processus.

Les élections mettent fin à la campagne électorale  » la plus sanglante » de l’histoire récente du Mexique, avec au moins 145 hommes politiques assassinés depuis septembre (dont 48 étaient candidats ou pré-candidats) au début du processus électoral.

Le mouvement de AMLO gagne la ville de Mexico et d’autres Etats importants.

Les candidats de Morena, – la coalition que dirige López Obrador -, qui actuellement ne gouvernent aucun Etat, l’emportent en outre dans cinq des neuf Etats en compétition dans cette journée électorale.

Ce triomphe modifie définitivement la carte politique dans les 32 Etats qui constituent le Mexique et qui jusqu’à présent étaient gouvernés majoritairement par le PRI et le PAN.

Et Claudia Sheinbaum, de la coalition que gère AMLO, est devenue ce dimanche la première femme élue à la mairie de la ville de Mexico.

Eradiquer la corruption et l’impunité, sera la principale mission du nouveau gouvernement.

Dans son discours de remerciement, López Obradora garantit que son gouvernement s’attachera à éliminer la corruption du Mexique.

Le président élu a affirmé que son gouvernement aura pour mission principale « d’éradiquer la corruption et l’impunité ».

« La transformation consistera à extirper le corruption de notre pays, nous n’aurons pas de difficultés à réussir cette proposition: la corruption n’est pas un phénomène culturel, mais le résultat d’un régime politique en décadence », affirma López Obrador.

Il assura que « le nouveau projet de nation cherchera à établir une nouvelle démocratie », étant donné que « nous n’envisageons pas de construire une nouvelle dictature.

L’homme politique mexicain insista sur son intention de « passer à l’histoire comme un bon président » et « d’aider à construire une société meilleure et réaliser la félicité de toute la nation ».

Il fit ces déclarations depuis le siège de sa coalition « Juntos haremos Historia », (ensemble nous ferons l’histoire), constituée par le Mouvement Regeneration Nationale (MORENA), le Parti du Travail (PT) et le Parti Rencontre Sociale.

Quelques heures plus tôt, les autres candidats, Ricardo Anaya, José Antonio Meade et Jaime Rodriguez « El Bronco », avaient publiquement reconnu le triomphe de López Obrador.

Ce contenu a été publié dans Où agissons-nous ?, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.