Infos brèves (janvier 2012)

BOLIVIE : Baisse du chômage  –  Avant l’arrivée à la présidence de Evo Morales, le taux de chômage était de 8,15 %. Depuis 2006, année de sa prise de pouvoir, ce taux est progressivement descendu à 5,5 %. Le ministre du Travail explique que le gouvernement prend des mesures pour éradiquer l’emploi informel qui, n’étant pas soumis à  la Loi Générale du Travail, ne bénéficie pas des avantages sociaux comme le secteur formel. La Direction Générale du Travail a dressé le registre des entreprises et micro-entreprises privées. « Il est essentiel que  tous les travailleurs aient accès à la défense de leurs droits », a déclaré le mInistre. (La Red21)
Plus de Mac Donald !  –  Après 14 années de présence dans le pays, et malgré toutes les campagnes effectuées, la chaîne s’est vue obligée de fermer les 8 restaurants qu’elle avait ouverts dans les trois principales villes du pays : La Paz, Cochabamba, et Santa Cruz de la Sierra. C’est le premier pays latino-américain qui restera sans « Mac’Do » et le premier où cette entreprise ferme parce que ses chiffres sont restés au rouge pendant plus d’une décennie. Cet échec est ressenti fortement par les chefs du marketing qui ont réalisé un document intitulé «  Pourquoi Mac’Donald  a échoué en Bolivie ». Ce document inclut des reportages avec des cuisiniers, des sociologues, des éducateurs, des nutritionnistes, des historiens… et les témoignages coïncident sur un point : le « fast-food » est l’antithèse de la conception que les Boliviens ont du repas. En Bolivie, le repas, pour être bon, doit faire l’objet d’une préparation attentive. Les Nord-américains en concluent que le repas rapide « n’est pas pour ces gens… » (www.rebelion.org)
PEROU : Le Pérou interdit l’achat et la production de transgéniques pour les dix prochaines années. (www.ecoportal.net)
Le Congrès de  la République a approuvé l’initiative qui établit un moratoire de dix ans pour empêcher, pendant ce laps de tems, l’introduction et la production sur le territoire national d’organismes vivants modifiés (OVM) connus sous le  nom de transgéniques.Le pouvoir exécutif doit organiser l’application de la loi dans les 60 jours, en établissant les sanctions pour ceux qui l’enfreignent.Sont exclus de la norme : les OVM destinés à la recherche , ainsi que ceux utilisés comme produits pharmaceutiques et vétérinaires qui  obéissent à des normes spécifiques. De même pour les OVM importés destinés à  l’alimentation humaine ou animale, qui devront être étiquetés pour informer le consommateur (huile de soja, lait de soja…)
Le congressiste Jaime Delgado, à l’origine de cette norme, affirme que le moratoire sera établi en réponse à la nécessité d’éviter des dommages irréparables à  la biodiversité nationale . La Convention Nationale agraire du Pérou manifeste sa satisfaction, saluant le fait que le président Humala ait pris la décision « sans céder à la pression des groupes de pouvoir » : « Humala a entendu la clameur des organisations rurales et de la société civile pour faire ce pas important vers la défense de notre biodiversité ».
PORTO RICO : chômage préoccupant.  Ici le taux  général de chômage atteint  15,5 %. C’est chez les jeunes que la situation est vraimenr critique : « Tous les jours, des centaines de jeunes professionnels se voient obligés d’abandonner l’île pour chercher des opportunités à l’extérieur », déclare le président de la Jeunesse Nationale Populaire. Porto Rico est devenu un « pays sans futur » ; le gouvernement de Luis G. Fortuno est rendu responsable de « cette débâcle » par son inaction. Il avait pourtant promis « une économie vibrante qui offrirait des opportunités de dépassement et de développement professionnel, et qui faciliterait la participation de tous aux activités éducatives, sociales et culturelles ». En réalité son action principale fut d’imposer un tarif d’entrée de 800 dollars à l’Université d’Etat de Porto Rico, ce qui obligea des milliers d’étudiants à abandonner leur formation…
URUGUAY : dépénaliser l’avortement.  Une loi approuvée en 1938 pénalisait l’avortement de trois à neuf mois de prison pour la femme qui le subissait, de 24 mois pour quiconque y collaborait, et condamnait de 2 à 8 ans de prison la personne qui le pratiquait sans le consentement de la femme. Le problème vu sous un autre angle et après un long débat au Sénat, prévoit de  légaliser l’avortement par 17 voix sur 31. L’interruption volontaire de grossesse pourra être pratiquée jusqu’à la 12ème semaine, et ce délai ne sera pas restrictif en cas de viol, de problème de santé de la mère ou de malformations fœtales graves. Tous les services de santé, publics ou privés, auront l’obligation de pratiquer l’avortement gratuitement aux femmes qui le sollicitent. Le ministre de la santé, rappelant que le nombre d’avortements clandestins dépasse trente mille par an, et faisant allusion aux habituels groupes Pro-Vida, déclare: « En tant que ministre de la santé, je n’ai pas à invoquer de thème philosophique, mais nous avons le droit et le devoir de  donner aux femmes toutes les conditions pour interrompre une grossesse non désirée. » En 2008, les deux Chambres avaient déjà pris  une décision similaire, mais le chef d’Etat de l’époque, Tabaré Vasquez, y avait opposé son veto. (www.rebelion.org)
ARGENTINE : le dernier dictateur condamné.  L’ex-général de 83 ans Reynaldo Bignone a été condamné à 15 ans de prison (à domicile) pour délits de lèse-humanité commis dans une prison clandestine au sein d’un hôpital public (Posadas) durant le régime militaire qui gouverna le pays de 1976 à 1983. La sentence dictée par le Tribunal Fédéral Oral 2 de Buenos Aires  s’ajoute à deux condamnations à la prison à perpétuité prononcées  par deux jugements antérieurs. Ce dernier dictateur argentin, qui négocia la transition à la démocratie après avoir signé une loi d’Amnistie (annulée par la suite) et avoir ordonné la destruction de tous les documents sur les détentions, tortures et assassinats de disparus, est en outre jugé pour le vol de bébés durant le régime militaire. Les « lois du pardon » qui  libéraient de toute responsabilité les militaires  liés aux violations de droits humains, firent l’objet d’une dérogation parlementaire en 2003, décision confirmée en 2005 par la Cour Suprême.(www.elnuevodiario.com.ni)

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *