Agenda

Le Comité Amérique Latine du Jura (CALJ) soutient différents pays d’Amérique Latine dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’alimentation en eau potable.

Projection – débat

«D’un monde à l’autre »
Solutions locales pour un désordre global ?

Projection "D'un monde à l'autre"

FILM (1h30mn) de Michel PEYRAT
et débat avec le réalisateur

Samedi 4 décembre 2021 à 14h

Centre Social, rue de Pavigny

à LONS LE SAUNIER (39)

 

Le film aborde la problématique de la petite propriété agricole que le système dominant fait disparaître, alors que, dans le monde, elle nourrit encore 60% à 70% de l’humanité.
Le film s’appuie sur l’expérience en Bolivie d’éducation et formation émancipatrices, financée et animée par l’association Horizons19 en Corrèze depuis 2013 .
Le film montre la mise en œuvre pas à pas du « Sumaj Kawsay » ou « bien vivre », sur un territoire de petites propriétés agricole quechua.

Ce concept est inscrit dans la nouvelle constitution de l’Etat plurinational de Bolivie, pour changer de modèle.

Michel Peyrat dédicacera ses 2 livres :
« Journal de Bolivie » (300 pages)
et « Journal de Bolivie » dans sa version photos (70 pages).

A cette occasion, l’association exposera des toiles du peintre bolivien Mario Vargas, auteur des peintures murales dans le centre de formation Rijch’ariy ou « l’éveil » dans la communauté de Morado K’asa

Participation libre

* * * * *

Veuillez noter aussi notre participation au Marché de Noël de MACORNAY (39)

Dimanche 12 décembre 2021 de 10h à 18h

Salle des fêtes de Macornay

Vente d’artisanat et de bijoux, coussins et canevas au profit du Comité Amérique Latine du Jura, de la Maison Léon Bérard et de la Maison des Familles à Besançon.

 

 

Nouvelles récentes

BOLIVIE – Les actions de solidarité de l’association Horizons 19

L’association Horizons 19 finance et accompagne un projet de formation paysanne dans les Andes boliviennes.

Hélène et Michel Peyrat ont travaillé de 78 à 81 avec « Frères des Hommes » en Bolivie. Aujourd’hui ils vivent 3 à 4 mois par an dans la communauté quechua de Morado Kasa et y jouent un rôle de facilitateurs, pour créer des liens et mobiliser des compétences, des énergies, des richesses humaines et culturelles et rapidement passer la main aux Boliviens.

Leur objectif ? Construire un modèle de société durable, le « sumaj kawsay » ou « le bien vivre », permettant aux petits producteurs quechua de vivre dignement sur leur terre, avec la fierté d’appartenir à une culture, à une histoire et de participer activement à la vie citoyenne au plan local, municipal, départemental, national et international, à partir de la rénovation d’une maison « d’hacienda », propriété de la communauté de MORADO K’ ASA, province Tarabuco, département Chuquisaca, en Bolivie pour en faire comme point d’appui le centre d’éducation et de formation émancipatrices Rijch’ariy ou « l’éveil »,

Pour suivre l’actualité de leur association : https://www.horizons19.com/

Publié dans Où agissons-nous ? | Laisser un commentaire

BOLIVIE – « Pourquoi le MAS a-t-il encore gagné ? » Analyse des élections

Publié le 22 octobre 2020 par Alencontre (source : https://alencontre.org/ameriques/amelat/bolivie-pourquoi-le-mas-a-t-il-encore-gagne-analyse-des-elections.html)

Par Pablo Ortiz, Julio Córdova Villazón et Fernando Molina

Contre toute attente, le Mouvement vers le Socialisme (MAS) a remporté les élections boliviennes avec plus de 50% selon tous les comptages rapides [53,4% lors de 85% du dépouillement des votes]. Qu’est-ce qui explique ce résultat, un an seulement après la chute d’Evo Morales ?

La victoire du duo Luis Arce-David Choquehuanca au premier tour, avec plus de 50% des voix, a mis fin brutalement à de nombreuses analyses faites tout au long de la campagne et a permis au Mouvement vers le socialisme (MAS) de revenir au pouvoir, un an seulement après avoir été « destitué » par des mobilisations combinées avec une émeute policière et, enfin, avec l’aval des Forces Armées.

Qu’est-ce qui explique cette victoire et l’échec de la candidature de centre-droit de Carlos Mesa ? Que nous dit ce processus électoral qui a su se développer dans l’ordre et avec une reconnaissance rapide des résultats, encore préliminaires, par toutes les forces politiques ? Pour répondre à ces questions, Nueva Sociedad a demandé l’avis d’analystes et de chercheurs sociaux, qui projettent leur regard au-delà et dans les élections du 18 octobre 2020. (Réd. Nueva Sociedad) Continuer la lecture

Publié dans Où agissons-nous ? | Laisser un commentaire

Que Sea Ley : Interview de Juan Solanas à propos de la lutte pro-avortement en Argentine

Rédigé par Eugénie Malinjod – https://www.festival-cannes.com – 18/05/2020

Présenté en Séance Spéciale, le documentaire Que Sea Ley de Juan Solanas, plonge au cœur de la lutte pour la légalisation de l’avortement en Argentine, où une femme meurt chaque semaine des suites d’un avortement clandestin. À travers des témoignages ainsi que des portraits de femmes et d’hommes, le cinéaste argentin expose l’espoir que leur mobilisation a fait naître au sein du pays.

Pouvez-vous nous raconter la genèse de votre film ?

Le droit à l’avortement en Argentine est un thème qui me révolte depuis les années 2000, quand j’ai appris qu’il était interdit d’avorter dans mon pays. C’est une chose inconcevable et irrationnelle que je n’arrive toujours pas à accepter. Avant le tournage, je me suis imposé deux règles : être ma propre équipe et ne jamais forcer les choses pour être le plus juste et fidèle à cette réalité que je souhaitais montrer. À cela s’est imposée une troisième exigence : faire tout dans l’urgence. Je souhaitais capter cette énergie et dynamique de l’urgence, cette réalité crue et forte.

Comment peut-on rester objectif lorsque l’on est confronté à un tel sujet ?

Concrètement, je suis impliqué. C’est de cet engagement qu’est né le film. Cela ne veut pas dire que le film soit un pamphlet, c’était justement le danger à éviter. Le documentaire se contente de montrer le vécu des victimes, la complexité de la réalité qu’on ne peut réduire à des slogans tels que « Sauvons les deux vies », « Aspirons à plus ». Le film expose au public les conséquences de telles déclarations et invite l’audience à une vraie réflexion. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves | Laisser un commentaire

Argentine – Le refus du Sénat et la force de la mobilisation pour conquérir le droit à l’IVG

Publié par Alencontre le 13 août 2018 par Silvana Aiudi

Le Sénat argentin a rejeté [le 8 août 2018] le projet de Loi d’interruption volontaire de grossesse (IVG). Dans les rues, une puissante «marée verte» [les foulards de cette couleur sont le «badge» du mouvement] s’est manifestée pour le droit des femmes à décider leur maternité. Malgré le rejet, la question du droit l’avortement est installée dans la société argentine et le mouvement ne s’arrêtera pas avant de gagner la légalisation. Toutefois, les forces conservatrices qui s’opposent à ce qu’elles qualifient comme relevant d’une «idéologie du genre», progressent elles aussi. Il est indispensable de développer un «postféminisme» visant à encourager divers acteurs sociaux à affronter la menace réactionnaire.

Le poids de la maternité obligatoire et la culpabilité de ne pas vouloir être mère retombent sur les femmes. Les exigences sociales façonnent des représentations qui contraignent les femmes à une maternité forcée en même temps que s’institutionnalise l’idée qu’elles sont chargées de la reproduction. Le débat des groupes féministes sur la légalisation du droit à l’avortement qui se déroule en ce moment en Argentine – et qui dépasse les frontières – rompt ce qui a été établi culturellement. Cela n’est pas suffisant: une loi garantissant le droit à choisir la maternité est nécessaire, elle doit également comprendre une solution aux problèmes en matière de santé publique et d’élargissement des droits.

En Amérique Latine, l’avortement clandestin atteint un niveau alarmant [l’article en lien estime à 6,5 millions les interruptions de grossesse pour la période 2010-2014]. Les femmes qui ne choisissent pas d’être mère vivent les grossesses non désirées comme un processus tortueux. Cette situation les contraint à la clandestinité et à risquer leur vie pour l’éviter. En dépit des données et des statistiques démontrant les risques pour les femmes, les femmes enceintes, les morts et le business illégal autour des avortements clandestins [et les gains de cliniques privées et socialement sélectives], les groupes conservateurs insistent, imposant des idées faisant obstacle à des droits qui devraient être garantis dans une démocratie.

C’est ainsi qu’en Argentine ceux qui se baptisent «pro vie», des secteurs conservateurs de l’Eglise catholique et des évangélistes, ainsi que plusieurs sénateurs et députés, se sont opposés à une loi qui garantit le droit à l’avortement légal, sûr et gratuit. Il faut prendre en considération certains discours diffusés au cours des derniers jours en Argentine ainsi que les réactions en Amérique Latine pour comprendre l’idéologie conservatrice manifestée par ces groupes qui s’efforcent de maintenir les femmes et les femmes enceintes en dehors des conditions fondamentales de la citoyenneté. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves | Laisser un commentaire