Infos : mars 2007 (1ère partie)

Infos ( mars 2007)

NICARAGUA : Ortega, le funambule ?
NICARAGUA : opération “ Milagro ”.
EQUATEUR : plus de base militaire états-unienne…

NICARAGUA : Ortega, le funambule ? (diverses agences et quotidiens latinos)
Les premiers  messages émis par le Président Ortega après son investiture le 10 janvier furent destinés à rassurer les Etats-Unis : au Nicaragua le principe du libre marché continuerait d’être en vigueur, les accords avec le FMI seraient respectés ainsi que le traité de libre commerce avec les Etats-Unis ( CAFTA). Le monde de la finance respira et le gouvernement nord-américain offrit à Ortega de poursuivre sa coopération et son soutien financier.
Pourtant peu après le Président nicaraguayen signait l’engagement de son pays dans l’ALBA (Alternative Bolivarienne des Etats d’Amérique), organisation financée par le Venezuela et dirigée contre l’impérialisme nord-américain. Ortega expliqua que le traité du CAFTA était insuffisant. Puis il accueillit le Président iranien  qui déclara aux journalistes de Managua : “ Nous avons les mêmes intérêts, les mêmes ennemis et les mêmes objectifs ”.
Selon les analystes le gouvernement sandiniste essaie habilement d’utiliser à son avantage les conditions de politique extérieure. Ortega sait que l’ALBA, tout en lui permettant d’exporter une partie de la production du pays, ne peut représenter une alternative au marché nord-américain qui absorbe 60% des exportations nicaraguayennes. L’appui de Chávez est déterminant pour le Nicaragua :  livraison de pétrole bon marché, fourniture de générateurs pour compenser l’insuffisance électrique, projet de raffinerie, alphabétisation… et l’Iran  promet une aide économique et des investissements. De leur côté, les Etats-Unis veulent absolument empêcher que l’influence de Chávez s’étende aux autres pays d’Amérique Latine. Ils espèrent donc, par leur coopération, contraindre Ortega à une certaine neutralité.…
Les postes ministériels importants ont été confiés à des sandinistes qui ont fait leurs preuves soit dans les mouvements sociaux, soit déjà dans le gouvernement des années 80. Mais le souci constant réside dans les réactions du Parlement : les sandinistes n’y ont pas la majorité
(38 %), par contre les deux fractions libérales, PLC et ALN, parviendraient ensemble à 56%. La tactique d’Ortega sera de jouer sur leur rivalité de manière à faire alliance avec l’une ou l’autre…elles-mêmes capables de s’allier passagèrement au MRS, dissident sandiniste (6% ).
Les  organisations sociales, quant à elles, tentent d’ obtenir la modification de la récente loi pénalisant l’avortement thérapeutique.
Tout  récemment la population nicaraguayenne apprenait avec stupeur que l’ex-président Alemán, mis en prison pour 20 ans sous le gouvernement Bolaños pour graves faits de corruption, puis condamné à la réclusion à domicile au prétexte de son état de santé précaire, puis autorisé à circuler dans la capitale, vient de se voir accorder pour prison…le territoire nicaraguayen tout entier ! Selon Ortega, la direction du quotidien La Prensa  est seule responsable ! Il est vrai que ce quotidien n’approuve pas les restrictions qui lui sont faites… mais comment Ortega se sortira-t-il de ses contradictions et de ses alliances ?

NICARAGUA : opération “ Milagro ”. (www.radiolaprimerísima.com)
Jusqu’ici plus d’un demi-million de latinos-américains ont récupéré la vue, grâce à une opération totalement gratuite (cataracte le plus souvent). Ce projet humaniste est mené à bien par Cuba et le Venezuela dans le contexte de l’ALBA (Alternative Bolivarienne pour les Amériques). Ainsi 665 Nicaraguayens ont été opérés à Cuba et 635 au Venezuela. Mais dans un proche avenir un hôpital ophtalmologique sera installé au Nicaragua, à Ciudad Sandino, avec des praticiens cubains qui travailleront dans  trois unités opératoires.

EQUATEUR : plus de base militaire états-unienne… (www.agenciapulsar.com)
Une  Conférence Internationale réunissant des représentants de 40 pays pour l’Abolition des Bases Militaires Etrangères s’est tenue à Quito. Le vice-ministre équatorien de la Défense a déclaré que l’Equateur exercera son droit souverain à fermer la base militaire états-unienne de Manta. “  Un pays souverain est un pays qui exerce le contrôle sur tout son territoire, et la politique de sécurité de l’Equateur se base sur la préservation de la paix et le développement national ”. Le Président Correa s’était engagé publiquement à ne pas renouveler l’accord permettant l’utilisation de cette installation militaire par les forces états-uniennes en 2009.
95 % des enclaves militaires existant dans  le monde sont états-uniennes. 17 sites nord-américains sont en Colombie et au Pérou, plus des implantations de sécurité en El Salvador et Curaçao. S’y ajoutent les bases de Guantanamo (Cuba), de Soto Cano (Honduras) et de Manta en Equateur.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

À lire également

Les commentaires sont fermés.