Agenda

Nos prochaines réunions se tiendront les
lundis 5 mars et 16 avril prochains à 20 heures
au Centre Social (rue de Pavigny)
à Lons le Saunier (39)

Nouvelles récentes

Le Che, apôtre des opprimés, épisode 4

(Salim Lamrani, dans Rebelión – 27/01/2018 – Trad. B. Fieux)

Le cinquantenaire de l’assassinat du Che en Bolivie le 9 octobre 1967 nous offre l’occasion d’évoquer la trajectoire du révolutionnaire cubano-argentin qui consacra sa vie à défendre les humiliés.

4. Une figure internationale

Le Che était-il le visage de la Révolution cubaine ?

Fidel Castro fut toujours la figure emblématique de la révolution cubaine. Le Che était le représentant international. Che réalisa son premier voyage diplomatique dans le monde en juin 1959. Il dura trois mois. Fidel Castro lui confia la mission de parcourir l’Afrique et l’Asie pour chercher un appui politique. Ce qui illustre la grande confiance que Fidel ressentait pour l’Argentin. Le Che rencontra Nasser en Egypte, Sukarno en Indonésie, Nehru en Inde. Il visita aussi la Birmanie, le Japon, Singapour, la Malaisie, la Thaïlande, Hong-Kong, le Pakistan, la Grèce, la Yougoslavie, l’Italie, le Soudan et le Maroc.

Un an plus tard, en octobre 1960, il réalisa un autre voyage diplomatique par les pays socialistes dans un but plus économique. Il fut en Tchécoslovaquie, en Russie et en Chine. Il fut reçu avec une grande fraternité, ovationné par le peuple à chaque apparition publique. Il prit ainsi la mesure de la popularité de la Révolution Cubaine dans le monde.

Par ailleurs, sa participation à la Conférence du Conseil Interaméricain Economique et Social de Punta del Este, Uruguay, en août 1961, allait le transformer en icône de la gauche latinoaméricaine. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves | Laisser un commentaire

PÉROU – La grâce accordée à Fujimori divise les Péruviens

(Lundi 29 janvier 2018, mis en ligne par Dial)

Le 24 décembre 2017, le président péruvien, Pedro Pablo Kuczynski, a gracié l’ancien président Alberto Fujimori (1990-2000) pour raisons de santé, alors qu’il n’a encore purgé que 10 ans des 25 ans de prison auxquels il a été condamné. Ce texte et le suivant font le point sur les raisons de la grâce octroyée et sur les réactions qu’elle a provoquées. Ce texte paru dans le quotidien mexicain La Jornada, le 26 décembre 2017, est une synthèse des faits à partir de dépêches d’agences de presse (Afp, Ap, Dpa et Reuters).


Kuczynski a pris cette décision après avoir survécu à une tentative de destitution

Le Pérou s’est réveillé divisé ce lundi [25 décembre 2017] après la grâce accordée pour des motifs humanitaires par le président Pedro Pablo Kuczynski à l’ancien titulaire du poste Alberto Fujimori (1990-2000), qui purgeait une peine de 25 ans de prison pour crimes contre l’humanité et corruption.

Kuczynski a annoncé cette décision controversée le dimanche veille de Noël, trois jours après avoir survécu à une tentative de destitution du Parlement dirigée par l’opposition ; cette dernière l’accusait d’avoir menti en s’abstenant de révéler les services d’expertise financière qu’il avait dispensés, pour un montant de 782 000 dollars, à l’entreprise de construction brésilienne Odebrecht. S’il a sauvé son poste, c’est grâce à des membres du Congrès en lien avec le législateur Kenji Fujimori, fils cadet du Président gracié. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves | Laisser un commentaire

Pour une nouvelle politique sur les drogues en Amérique Latine.

(Ivonaldo Leite, prof. de l’Université Fédérale de la Paraíba (Brésil)
22/01/2018 – Trad. B. Fieux)

En général, en Amérique Latine, les problèmes associés à la production, au trafic et à la consommation de drogues affectent la qualité de vie de la population et sont liés à des formes d’exclusion sociale et de faiblesse institutionnelle, générant davantage d’insécurité et de violence. L’Amérique Latine concentre la totalité de production globale de feuille de coca, de pâte base de cocaïne et de chlorhydrate de cocaïne. En outre, elle possède une production de marihuana qui s’étend sur divers pays et zones, destinée tant à la consommation interne qu’à l’exportation. Et, de plus en plus, elle produit du pavot et élabore opium et héroïne.

Selon une étude de la CEPAL*, la zone des Caraïbes continue d’être la voie la plus fréquentée pour le trafic de drogues vers les Etats Unis, mais la route du Pacifique, passant par l’Amérique Centrale, a gagné une importance relative. Dernièrement le transport fluvial a pris de l’importance, depuis les pays producteurs de cocaïne à travers le Brésil. La marihuana, suivie de la pâte base de cocaïne, du crack et du chlorhydrate de cocaïne sont les drogues illicites à plus forte consommation dans la région. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves | Laisser un commentaire

MEXIQUE – Violence et trafic de drogue

(Noticias Aliadas, 22/01/18, trad. B. Fieux)

La violence des bandes de narco-trafiquants au Mexique et la criminalité constatée dans le pays ont conduit le département d’Etat américain à recommander aux touristes de ne pas se rendre dans cinq Etats mexicains, en raison de leur criminalité élevée : Colima, Michoacan, Sinaloa, Tamaulipas et Guerrero. Une telle mise en garde est normalement réservée aux zones de guerre.

Le département d’Etat américain a publié une mise en garde à l’attention des touristes, leur demandant de ne pas voyager dans ces cinq Etats. Autrefois la station balnéaire d’Acapulco (Guerrero) était très fréquentée par les personnalités riches et célèbres de Hollywood. Aujourd’hui elle présente un taux de meurtres très élevé dû notamment à une guerre des gangs survenue ces dernières années. La violence a fait fuir les touristes et la « perle du Pacifique » est devenue la ville la plus dangereuse du pays. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves | Laisser un commentaire