NICARAGUA – Des réactions…

Caféiculteurs…

Le café, c’est l’exemple d’un secteur où la perte d’emplois et de productivité est grande. Maltez explique que durant les trois derniers mois de l’année, les plantations de café nécessitent l’application d’un fertilisant pour que les plants puissent se développer pour la récolte de l’année prochaine, mais beaucoup de producteurs n’ont pas pu obtenir de crédit pour l’acheter. « C’est un symptôme évident d’une baisse de production de 15 à 20% pour l’année prochaine. Toute cette incertitude génère le manque de crédit et d’attraction pour investir. C’est pourquoi nous insistons : le gouvernement doit réfléchir. Le Président doit réfléchir, il doit avoir un dialogue politique. Il sait ce qu’il faut dire pour générer la confiance que nous recherchons tous pour stabiliser le pays », répète Maltez.

Chefs d’entreprises…

Après avoir assuré une croissance de 4% à 4,5% durant les 5 dernières années, le secteur industriel du Nicaragua pronostique une réduction à – 0,5% en 2018. et alors que les entreprises du secteur avaient pris toutes les prévisions possibles pour se maintenir opérationnelles. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves, Où agissons-nous ? | Laisser un commentaire

NICARAGUA – SIP récompense le courage du journalisme national.

(Maynor Salazar, dans Confidencial, 17/10/18 – Trad.B.Fieux)

SIP = service information et presse.

Le Grand Prix Liberté Presse 2018 que la SIP a remis au périodisme indépendant du Nicaragua est une reconnaissance au courage et à la valeur des journalistes nicaraguayens qui ont été assassinés, persécutés, censurés, et qui continuent d’être menacés par le régime d’Ortega. Le prix a été décerné lors de l’Assemblée de la SIP à Salta en Argentine et c’est une reconnaissance au professionalisme et à la qualité dans une situation extrême de crise et de tension, selon le Directeur de CONFIDENCIAL, Carlos F. Chamorro.Selon Luis Galeano, directeur du programme Café con Voz, « Le citoyen non seulement s’est éveillé guidé par la main des étudiants pour dire « basta ya ! »aux outrages du gouvernement, mais il a commencé à utiliser d’une manière extraordinaire les réseaux sociaux, recourant à son téléphone portable comme arme fondamentale pour informer sur les agressions, les morts, les violations de la loi. C’est une des plus grandes victoires. Les réseaux sociaux sont devenus notre meilleur outil, pour les simples citoyens comme pour les journalistes, face à un régime qui n’accepte pas les voix différentes, » expliqua Galeano. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves, Où agissons-nous ? | Laisser un commentaire

NICARAGUA – Et les Droits Humains ??

Juan Carlos Bow, dans Confidencial du 07/10/18 – Trad.B.Fieux

La Déclaration des Droits Humains comporte 30 articles. Au moins 18 sont violés à répétition par le gouvernement d’Ortega-Murillo. En majorité, les droits civils et politiques des citoyens.

Les articles sur le droit à la vie, à la sécurité, à la présomption d’innocence, à la propriété privée, à la libre circulation, à la liberté de penser et de réunion, sont probablement les plus bafoués ouvertement par le régime. Et on peut aussi inclure l’article 12 : « Personne ne fera l’objet d’ingérences arbitraires dans sa vie privée, sa famille »: marques dans les maisons, menaces de mort, harcèlement, et campagnes de diffamation sur les réseaux. Continuer la lecture

Publié dans Les brèves, Où agissons-nous ? | Laisser un commentaire

NICARAGUA – Le pays est en récession.

Ivan Olivares, dans Confidencial du 30/09/18 – Trad. B. Fieux

Même si la Banque Centrale du Nicaragua ne l’a pas encore reconnu publiquement, le pays est entré formellement en récession début octobre, quand il a eu passé deux trimestres consécutifs sans que le Produit Interne Brut (PIB) donne des signes de croissance. Les résultats de ce scénario sont davantage de chômage, et le flot des citoyens partant pour l’étranger afin d’y chercher du travail pour survivre et garantir la vie de la famille. Nestor Avendaño, président des Consultants Pour le Développement d’Entreprise (COPADES), en donne la signification ainsi : « La récession est un fait, et un signal de risque pour toute la société en général et pour le gouvernement en particulier, car les investisseurs ne porteront plus leurs capitaux dans ce pays jusqu’à ce que la récession disparaisse, ce qui surviendra au bout d’un trimestre d’amélioration, c’est-à-dire avec un signe positif. » Continuer la lecture

Publié dans Les brèves, Où agissons-nous ? | Laisser un commentaire