PEROU – L’eau plutôt que l’or : une Marche pour l’Eau et contre la Mine.

(www.rebelion.org / www.ecoportal.net ) ( mars 2012)
Le premier février  a marqué le départ de la Grande Marche Nationale de l’Eau, à partir des villes péruviennes et en appui aux communautés indigènes affectées par les projets miniers de Cajamarca, dans le nord du pays. Il existe actuellement au Pérou 148 conflits ouverts concernant l’eau, et 67 conflits latents. La région orientale de Puno vient au premier rang avec 20 conflits ; suivent Cajamarca, Ancash et Cusco avec 16. De ces conflits sociaux, 55 % sont liés à des activités d’extraction minière. Ils naissent généralement lorsque des entreprises minières (formelles ou informelles) et d’hydrocarbures prétendent pénétrer sur les territoires de communautés paysannes quechuas, aymaras ou amazoniennes, sans respecter le droit des gens à être consultés, ni  l’environnement, ni la cosmovision andine, ni  les ressources naturelles indispensables à la survie des peuples andins.
Fin 2011 de violents affrontements éclatèrent dans la région de Cajamarca, entre communautés paysannes indigènes et le projet minier Conga qui affecte les villes et l’eau de cette zone.
L’héritage des entreprises minières.
A Puno la pollution de l’eau douce  atteint  80%  et 25 % seulement de la population régionale a accès à l’eau de manière sûre. Dans cette région il existe plus de 2262 concessions minières occupant plus de 160 000 hectares. Durant la seule année 2010 on a enregistré 1656 demandes de concessions minières et à la fin du premier semestre 2011 on en avait déjà noté plus de 1500. Parallèlement, à Puno, les séquelles irresponsables des recherches minières avaient laissé plus de 522 « Passifs Environnementaux Miniers » (PAM) , c’est-à-dire des installations, des émissions, des restes ou dépôts de résidus produits par des opérations minières abandonnées ou inactives, mais constituant un risque permanent et potentiel pour la santé de la population, l’écosystème et la propriété.

Le projet Conga.
Conga est le nouveau projet de l’entreprise minière Yanacocha, qui opère à Cajamarca depuis 1993. Ses gisements actuels occupent plus du double de l’étendue de Madrid et son activité se base sur l’extraction d’or à ciel ouvert par la méthode de lixiviation au cyanure. Le prix de l’or et les nouvelles technologies ont  rendu très rentable l’extraction dans des gisements comme celui-ci, avec des réserves inférieures à un gramme d’or par tonne de terre remuée.
Le rejet de ce projet par la population est dû à « la goutte qui fait déborder le vase » d’un conflit permanent depuis que cette entreprise opère dans la région. Au bout de 19 années d’activité minière, Cajamarca n’a pas vu arriver le moindre progrès promis ; la pauvreté dépasse 49 %. Par contre les Cajamarquinos peuvent témoigner de tous les impacts négatifs de l’entreprise dans leur vie, tels que la diminution et la pollution de l’eau dans les canaux et les sources, ainsi que le non-respect des droits des communautés.
Maintenant les membres actionnaires sont décidés à accroître leurs bénéfices dans le nouveau projet Conga situé sur les bassins des trois principaux cours d’eau de la région, fondamentaux pour le développement agro-pastoral, principale activité de la population rurale. L’entreprise veut transvaser l’eau de quatre lagunes naturelles dans des réservoirs artificiels, mais l’étude d’impact environnemental présentée ne donne pas de garanties de viabilité du projet.

La Marche du refus.
En route vers Lima où ils sont  arrivés le 9 février, deux mille paysans(ne)s sont passés  à Trujillo, dans la région de La Libertad. Les paysans des environs de La Libertad les attendaient à  la porte du gouvernement régional où un meeting eut lieu. Puis arrivèrent 700 marcheurs venant de Cajamarca, avec le mouvement « Terre et Liberté » dont le leader est le Père Marcos Arana.
Les  Equipes Enseignantes du Pérou, les Communautés Chrétiennes d’enseignants engagés dans l’éducation du peuple, qui venaient de tenir leur 36ème réunion annuelle à Cajamarca, s’étaient joints à la marche. Leur présence active fut appréciée. Ils déclarèrent : « L’un des thèmes principaux de nos réflexions a été la défense de la vie et l’environnement, à partir de notre tâche d’éducateur. Nous avons compris avec une indignation croissante ce que vit le peuple de cette région à cause de l’activité minière. Une fois de plus, les victimes sont les pauvres et leur terre  est massacrée. … En tant qu’éducateurs, nous nous engageons à promouvoir la vie des êtres humains, de la terre et de toute la création, et à éduquer pour que l’adoration de l’or ne tue pas la vie de l’humanité ».
La grande marche pour l’eau et la vie a impulsé dans la conscience populaire la nécessité de modifier l’actuelle Constitution Politique de 1993, afin que son objectif central soit de récupérer le souveraineté des ressources naturelles et d’obtenir que la Constitution déclare que l’eau  est un droit humain, libre de privatisation, que les activités minières sont interdites dans les bassins fluviaux, les glaciers et les écosystèmes à haute vulnérabilité écologique, que l’emploi de cyanure et de mercure est interdit dans les activités minières à petite ou grande échelle, comme cela est déjà le cas dans de nombreux pays du monde. « C’est seulement ainsi que nous comprendrons que la terre est destinée à être cultivée et protégée. »
Dès l’arrivée à Lima le 9 février, devait être installé le « Forum de Justice Hydrique »  qui prévoyait  pour le lendemain une journée de grande mobilisation sur le thème de l’eau au Pérou.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *