La concentration de la terre en Amérique Latine, cause de conflit social et de sous-développement.

(Sergio Ferrari, dans Rebelión, 06/04/17 – Trad. B.Fieux)

1% des propriétaires concentre plus de la moitié des terres,
32 millionnaires possèdent la même richesse que 300 millions de personnes.

L’organisation de l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a repris ces données dans un rapport de l’ONG OXFAM pour décrire l’énorme inégalité qui accable le continent. Le thème de la concentration des terres et la réflexion sur l’impact des réformes agraires de la région constituaient le thème central de la réunion de haut niveau qui portait le titre de « Gouvernance responsable de la Propriété de la Terre, de la Pêche et des Forêts en Amérique Centrale et Caraïbes », et qui s’est tenue à Santiago du Chili au cours de la première semaine d’avril.

La région Amérique Latine-Caraïbes a la distribution de la terre la plus inégale du monde. La FAO souligne que cette répartition est encore plus inéquitable en Amérique du Sud qu’en Amérique Centrale.

On a recours au « coefficient de Gini » pour évaluer les inégalités ( de revenus, de possession des biens, etc.) « Le coefficient de Gini est un nombre variant de 0 à 1, où 0 signifie l’égalité parfaite et 1 signifie une inégalité parfaite (par exemple un seul salarié dispose de tous les revenus et les autres n’ont aucun revenu). Ce coefficient est très utilisé pour mesurer l’inégalité des revenus dans un pays. »

Le coefficient de Gini appliqué à la distribution de la terre sur ce continent atteint 0,79, dépassant  largement l’Europe (0,57), l’Afrique (0,56), et l’Asie (0,55).

L’organisme de l’ONU soutient qu’une meilleure administration des droits à la terre, ainsi qu’aux forêts et à la pêche est fondamentale  pour réduire la pauvreté dans les zones rurales et protéger les ressources naturelles. Il insiste sur  la nécessité d’améliorer la reconnaissance des droits de propriété. « Ceci est une étape nécessaire pour éradiquer la faime et avancer vers les objectifs de Développement Soutenable en Amérique Latine-Caraïbes », a souligné la FAO à Santiago du Chili.

Autre problème significatif, selon l’organisme onusien : le pourcentage de terres aux mains des petits propriétaires est de plus en plus réduit. En particulier chez les femmes. Au Guatemala, par exemple, 8% seulement des femmes sont propriétaires. Au Pérou, 31%. Et dans la majorité des cas, ces propriétés sont de plus petite taille et de qualité moindre que celles des hommes.

Fin 2016, OXFAM a publié un ouvrage: « Terre, Pouvoir et Inégalité en Amérique Latine », un des rapports les plus complets réalisés jusqu’à présent sur la situation agraire du continent. L’ouvrage centre son analyse sur 17 pays latino-américains. « 1% des fincas accapare plus de la moitié de la superficie productive. C’est-à-dire que 1% concentre plus de terres que les 99% restants. Cette situation n’offre pas de voie pour le développement soutenable, ni pour les pays, ni pour les populations », indique le rapport de l’ONG.

L’inégalité économique et sociale est l’un des pires boulets qui empêche les sociétés latino-américaines d’atteindre le développement durable et constitue un obstacle à sa croissance économique. « Dans cette région, 32 personnes privilégiées accumulent la même richesse que les 300 millions de personnes les plus pauvres… » Inégalité économique intimement liée à la possession de la terre, car les actifs non financiers représentent 64% de la richesse totale…

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *