Etats-Unis : Des journaliers agricoles immigrés reçoivent le Prix Franklin Roosevelt.

(La Jornada, novembre 2013)

Le prestigieux « Prix des Quatre Libertés – Franklin D. Roosevelt » a été décerné à New York à la Coalition de Travailleurs de Immokalee (Floride), – la CIW -, en reconnaissance au travail d’organisation de ces journaliers agricoles immigrés pour améliorer les conditions de vie et de travail dans les champs de Floride.

Ce Prix, décerné tous les deux ans, récompense ceux qui sont un exemple de la vision de la démocratie exprimée par le Président Roosevelt dans un discours sur ce qu’il nomma les quatre libertés,  qui furent intégrées à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies : liberté d’expression, liberté  de religion, liberté de vivre à l’abri du besoin, liberté  de vivre à l’abri de la peur.

Gerardo Reyes et Nely Rodriguez, de la CIW, reçurent ce prix au cours d’une cérémonie de gala présidée par Anna Roosevelt, petite-fille de Franklin et Eleanor, après avoir rappelé l’extraordinaire  lutte de vingt années qui a transformé la vie de milliers de journaliers ( y compris en libérant plus de 1200 d’entre eux de conditions d’esclavage) et après une longue ovation.
Mais la présence à New York de la CIW,  – organisation créée par des journaliers immigrés dans les grands champs de tomates du sud de la Floride -, n’avait pas pour seul but de recevoir une médaille, mais de poursuivre leur incessante campagne pour une Alimentation Juste qui s’effectue à l’échelle nationale.

Leur objectif à présent est la chaine de restauration rapide Wendy’s, la seule qui a refusé de signer un accord avec la CIW, pour accepter de verser un centime par livre de tomates qui se serait traduit par une augmentation substantielle des salaires des journaliers, et aussi pour reconnaitre des normes basiques pour les conditions de travail dans les champs de Floride.

Gerardo Reyes s’adresse aux alliés de la CIW qui ont effectué la marche de la veille : des étudiants, des religieux, des avocats, des représentants d’organisations communautaires, des membres d’un groupe de fermiers afro-étatsuniens et d’autres encore, qui ont pris part à la stratégie réussie d’établir des alliances avec d’autres secteurs de solidarité. Face à cette mobilisation sans précédent, les puissantes entreprises McDonald’s, Taco Bell, Burger King et Subway ont cédé et signé des accords nationaux. « Toutes les luttes sont ainsi connectées, nous sommes tous dans la même lutte! », déclare Gerardo sous les applaudissements.

Parmi les manifestants se trouvent aussi des représentants de mouvements paysans de Haiti, du Mali, du Pays Basque et du Brésil qui furent primés pour leur travail de défense de la souveraineté alimentaire WhyHunger, prix que reçut la CIW il y a juste un an.

Les membres de la CIW évoquent les résultats concrets de leurs triomphes inédits qui ont changé les conditions de travail et élevé les salaires au cours des 20 dernières années.
Mais tous soulignent que le plus important de leur lutte a été de réussir à imposer le respect et la dignité.

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *