MEXIQUE

Notre ami Enrique Gómez nous adresse, en date du 20 août, cet appel à la solidarité suite aux interventions militaires et policières brutales dont la communauté Nahua du Michoacán a été l’objet récemment.

Santa María Ostula, municipio de Aquila, Michoacán, 19 août 2015

Communiqué urgent.

Aux peuples du Mexique et du monde,
Au Congrès National Indigène,
A l’armée Zapatiste de Libération Nationale,
Aux organisations de Droits Humains honnêtes,
A tous les médias libres :

La communauté indigène de Santa María Ostula lance cet appel urgent : depuis un mois notre frère, commandant et compagnon Cemeí Verdía Zepeda est incarcéré et les habitants de Santa María Ostula subissent une violente répression physique et psychologique.

Plusieurs membres de notre communauté ont été blessés et l’enfant Hidelberto Reyes García a été assassiné brutalement comme l’ont relaté les médias et constaté les visites de nombreux organismes qui ont participé à l’enquête sur les faits lamentables de ce 19 juillet.

Loin de dire la vérité, ils répondent aux intérêts du gouvernement et du
grand capitalisme national et international.

A ce jour, nous maintenons les exigences suivantes :
1. La remise en liberté immédiate et inconditionnelle du commandant Cemeí Verdía Zepeda et le retrait des fausses charges énoncées à son encontre.
2. Le châtiment des responsables et des membres des corporations militaires et policières qui ont assassiné l’enfant Hidelberto Reyes García, blessé et frappé plusieurs habitants et détruit les biens de la communauté d’Ostula.
3. La réparation des dégâts causés aux biens de la communauté d’Ostula et la restitution des articles suivants : quatre appareils de radio, le tampon et les identifications du Conseil de Vigilance.
4. La présentation en vie des membres de la communauté disparus,
ainsi que le châtiment des auteurs intellectuels et matériels de l’assassinat d’habitants appartenant à la communauté d’Ostula au cours des quatre dernières années, fait toujours impuni.
5. Le respect, la reconnaissance et l’octroi de garanties pour le fonctionnement de la police communautaire des municipios d’Aquila, Coahuayana, Chinicuila et Coalcomán : ce sont les véritables gardiens des peuples originaires.
6.Nous manifestons contre les mégaprojets touristiques et miniers qui prétendent détruire et piller les ressources minérales et privatiser les plages de notre territoire nahua.
7. Halte à la désinformation et à la création de groupes de choc contre le peuple nahua.

A ce jour, nous dénonçons le fait que nous n’ayons de réponse ni du gouvernement fédéral, ni du gouvernement central. Nous nous rendons compte que l’armée mexicaine n’a pas été sanctionnée, mais au contraire récompensée par des diplômes pour sa participation aux faits délictueux mentionnés plus haut, et nous tenons pour responsables les gouvernements de l’impunité pour ne pas avoir sanctionné les coupables de l’agression. Notre unique délit est de défendre notre « Terre mère » face aux intérêts des groupes de pouvoir qui prétendent s’approprier notre territoire communal sur lequel reposent nos ancêtres et c’est l’un des motifs pour lesquels jamais nous n’abandonnerons cette lutte.

Nous, peuple originaire de Santa María Ostula, jugeons responsables les deux niveaux de gouvernement (fédéral et central) de tout incident, de toute détention, disparition, séquestration et violation de nos droits de peuple originaire de Santa María Ostula.

Nous exigeons en outre :
1. L’apparition en vie des 43 jeunes étudiants d’Ayotzinapa (Guerrero) et la justice pour les trois jeunes assassinés.
2. La liberté de tous les prisonniers politiques du pays.
3. L’abandon du projet d’autoroute que l’on prétend construire à Xochicuahuatla, municipio de Lerma (Etat de México).
4. L’arrêt de la guerre d’extermination des peuples originaires.
5. Le retrait des groupes paramilitaires et des groupes de choc installés chez les peuples indigènes.
6. Le respect des communautés de base d’appui de l’armée zapatiste de libération nationale et le châtiment effectif des assassins du compañero Galeano.

LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE SANTA MARIA OSTULA.

« NOUS LUTTONS POUR LA VIE ET POUR LA PAIX,
NOUS NE LUTTONS PAS POUR LE POUVOIR
ET MOINS ENCORE POUR LA MORT.
PLUS JAMAIS UN MEXIQUE SANS NOUS ! »

Ce contenu a été publié dans Les brèves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *